Besoin d'une information ?

RECHERCHEZ LE CONTENU QUI VOUS INTÉRESSE :
Logo Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines du MansLogo Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines du Mans
ACTUALITÉSACTUALITÉSACTUALITÉS

LICENCE Histoire

Plus d'infos

Crédits ECTS : 180

Niveau d'étude : BAC +3 / licence

Public concerné : Formation continue | Formation initiale

Présentation

Vous êtes passionné.e par l’Histoire ? Vous souhaitez vous forger une solide culture générale ? Vous aimez le travail méthodique et la lecture?

Notre licence d’Histoire permet d’acquérir des connaissances solides sur les quatre périodes historiques : Histoires ancienne, médiévale, moderne et contemporaine. Ces cours sont complétés par de nombreux enseignements pluridisciplinaires. Ce cursus offre une spécialisation progressive grâce aux parcours proposés :

  • Métiers de l’enseignement
  • Métiers du patrimoine
  • Métiers de l’administration
  • Études européennes (cursus bilingue franco-allemand)

Au terme de la licence d’Histoire, nos étudiant.e.s possèdent une large culture historique, un solide bagage de compétences, savent travailler avec rigueur, intelligence critique et autonomie. Autant d’atouts majeurs pour des personnes dont le projet professionnel s’oriente vers l’enseignement, les médias, la culture, le patrimoine, l’administration ou la recherche.

Savoir-faire et compétences

Au terme du cursus, les étudiant.e.s disposent d’atouts solides applicables dans la vie active. Retrouvez les savoir-faire et compétences développés dans notre licence sur le référentiel national conçu par le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Informations supplémentaires

Notre formation se déroule dans un cadre à taille humaine : tutorat, suivi administratif, encadrement par une vingtaine d’enseignants-chercheurs, de doctorants et d’enseignants du secondaire, association des étudiants en histoire. Elle offre des parcours diversifiés et professionnalisants, avec possibilité de poursuite d’étude sur place en Licence professionnelle (médiation du patrimoine ; animation de projets culturels) et en master (enseignement ; recherche ; valorisation du patrimoine).

Il est possible de réaliser un an à l’étranger dans le cadre des échanges Erasmus (Angleterre, Espagne, Italie…)

Programme

Contenu de la formation

La spécialisation se fait progressivement durant les trois années de licence grâce aux différents parcours proposés :

Accessible dès la 1ère année :

  • Parcours Histoire-Études Européennes  - cursus bilingue franco-allemand

Accessibles en 2ème année :

  • Parcours Métiers de l’enseignement – Préparation aux concours 1er et 2nd degré
  • Parcours Métiers du patrimoine – préparation au Master Histoire, Civilisation, Patrimoine

Accessible en 3ème année :

  • Parcours Métiers de l’administration – Préparation aux concours administratifs

Retrouvez la présentation complète des enseignements dans notre livret.

 

Organisation de la formation

Tout déplierTout fermer

  • Semestre 1 L Histoire - commun
    • 3 UE au choix parmi 4
      • Initiation à l'histoire de l'art (contemporain) (3 crédits ECTS)Description : Du néoclassicisme au cubisme : survol des principaux mouvements artistiques du XIXe s et du début du XXe s à partir de l’analyse d’œuvres picturales dans leur contexte de création et de présentation inaugurale.La bibliographie indicative sera donnée avec le programme et les documents sur la plate-forme UMTICE
      • Initiation à l'histoire de l'art (antique) (3 crédits ECTS)Description : Ce cours propose une initiation aux arts de l’Antiquité, à travers l’étude des différents supports (sculpture, céramique, architecture..), en rapport avec le contexte historique dans lequel il s’est développé afin d’en montrer les évolutions.
      • villes et espaces urbanisés (3 crédits ECTS)Description : La finalité pédagogique de cette unité d’enseignement est double. Elle vise d’abord à réfléchir aux dimensions spatiales et sociales de la ville, aux différentes formes d’organisation de l’espace, de l’urbain au métropolitain. Les dynamiques urbaines sont analysées dans une dimension historique, sociale et spatiale à différentes échelles afin de comprendre les enjeux, dans plusieurs aires culturelles (Europe, Amérique du Nord, Amérique Latine, Afrique, etc.), de la ville aujourd’hui.Enfin, sur le plan méthodologique, l’accent est mis sur les apprentissages de lecture des cartes topographiques à partir d’études de cas françaises et étrangères.
      • Fonctionnement de la terre (3 crédits ECTS)Description : Ce cours constitue une introduction à la géographie physique. Il présente une vision synthétique du fonctionnement de la Terre dans ses 4 compartiments – géosphère, hydrosphère, atmosphère, biosphère – sans oublier les interfaces, les relations qu’entretiennent ces différents compartiments. Dans un premier temps, une étude des climats, des formations végétales, des cours d’eau et des reliefs est proposée à l’échelle du globe. L’approfondissement porte ensuite sur les processus d’érosion, de transport et de sédimentation. En TD, l’enseignement prépare à la lecture et la compréhension de cartes topographiques appliquées à la connaissance du milieu naturel.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)Description : Cours de langue vivante étrangère anglais.
      • Espagnol (2 crédits ECTS)Description : Consolidation des acquis de langue. Les activités s'appuient sur l'oral et l'écrit et le travail en petits groupes est privilégié.
    • Histoire moderne (méthodologie) (3 crédits ECTS)Description : Ces travaux dirigés ont pour objectif de fixer les bases méthodologiques dans 3 domaines précis : la dissertation, le commentaire de document historique et les bases de la recherche documentaire et bibliographique. Ces trois bases du travail en histoire sont développées sous forme d’exercices en lien avec les thèmes traités dans l’UEO d’Histoire générale moderne.
    • Histoire contemporaine (méthodologie) (3 crédits ECTS)Description : Les séances de travaux dirigées sont organisées en lien étroit avec le contenu du cours magistral d’Histoire de l’Europe au XIXe siècle assuré par M. Vincent Vilmain. Elles ont pour objectif d’aider l’étudiant-e à acquérir les compétences nécessaires à la dissertation historique. A travers des exercices oraux et écrits, les travaux dirigés permettront à l’étudiant-e de construire le récit maîtrisé et logique d’un évènement ou de la vie d’un personnage, de développer les techniques de l’argumentation et de construire une réflexion autour d’un sujet afin de le problématiser.
    • Histoire générale contemporaine (3 crédits ECTS)Description : Le cours est destiné à donner les grandes lignes de l’histoire politique et sociale de la France entre la révolution Française et la fin du XIXe siècle. L’approche chronologique vise à installer clairement les bases d’une culture générale historique sur le XIX e siècle.
    • Histoire générale moderne (3 crédits ECTS)Description : Le XIXe siècle européen nait des bouleversements de la Révolution française et de l’essor de l’idée de nation. La première moitié du siècle est marquée par l’affrontement entre, d’une part, patriotes et libéraux, favorables au principe de souveraineté nationale et, d’autre part, les partisans de l’ordre ancien, rétifs à l’idée de partager le pouvoir avec le suffrage populaire.Le triomphe progressif de la nation, à l’exception des marges orientales de l’Europe, avec, en particulier, les unités allemandes et italiennes laisse ensuite la place à l’affrontement entre des nationalismes de plus en plus exclusivistes et bellicistes qui entraînent l’Europe de la « Belle époque » vers la guerre. Cependant, si l’Europe se déchire politiquement au début du XXesiècle, elle est marquée, par ailleurs, par des synergies différentielles mais communes :transition démographique, urbanisation et industrialisation, essor de la science, de l’idée de progrès et recul progressif du magistère religieux, appétit colonial, idéologies socialistes... Ainsi en dépit des affrontements entre États-nations, l’Europe voit se développer des pratiques culturelles et une culture commune bien favorisée par l’essor de nouvelles technologies etl’intensification des échanges.
    • Histoire antique découverte (3 crédits ECTS)Description : Il s’agit d’une première approche de l’histoire de l’Antiquité grecque et romaine : sources, repères chronologiques et géographiques, institutions politiques et structures sociales, abordées au travers d’exercices.
    • Histoire médiévale découverte (3 crédits ECTS)Description : Lors de ces TD, les étudiants apprendront à manier les outils méthodologiques fondamentaux pour la recherche d'informations et la réalisation de travaux de licence en histoire médiévale.Ils acquerront parallèlement les repères fondamentaux pour comprendre l'histoire de l'Occident pendant la période du haut Moyen Âge (Ve-IXe siècles).
    • PPE (1 crédits ECTS)Description : Ce module doit vous permettre de réfléchir sur votre avenir professionnel et sur l’adéquation entre métiers et formations. Les objectifs prioritaires du module sont de vous aider à définir ou préciser un projet personnel en terme de vie professionnelle.
  • Semestre 2 L Histoire - commun
    • Culture et compétences numériques (2 crédits ECTS)Description : Préparation du « C2i », le certificat informatique et internet.
    • 1 UE au choix parmi 2
      • Histoire de l'Antiquité (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : Le cours a pour but d’étudier les provinces gauloises après la conquête romaine. (Ier-IIIe siècles ap. J.-C). On approfondira l’administration mise en place par Rome, la vie des cités gallo-romaines, l’économie et la religion.
      • Histoire Médiévale (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : Lors de ces TD, les étudiants seront amenés à travailler sur des documents médiévaux leur permettant d'approfondir les thématiques générales vues dans les autres cours d'histoire médiévale.
    • 1 UE au choix parmi 2
      • Histoire Moderne 1 (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : La France de Louis XIV : la résistible émergence de la « monarchie absolue »Louis XIV (1643-1715) reste dans l’imaginaire le père de la monarchie absolue. Les 6 séances de cours proposent d’en saisir les contours et d’en mesurer l’impact. Nous examinerons d’abord l’installation d’un régime d’exception dans les années 1630-1650, sur fond de guerre européenne, et la manière dont Louis XIV et Mazarin son ministre entament sa pérennisation. Nous verrons ensuite comment Louis XIV et ses ministres ont réorganisé l’Etat en réduisant le pouvoir des grandes clientèles nobiliaires, et affirmé le monopole du roi sur l’action politique, à grand renfort de « propagande », tout en multipliant les arrangements de fait avec les pouvoirs locaux, les magistrats ou les grands nobles. Nous verrons ensuite comment Louis XIV a placé la guerre au centre de son action régalienne : la monarchie française est largement victorieuse, mais le coût social, politique et financier de ce long effort de guerre est très lourd. Nous aborderons les résistances à ce pouvoir, qui culminent après la révocation de l’édit de Nantes (1685).Les 6 séances de TD proposeront des exercices divers : commentaire de document, dissertation, présentation de personnages, d’événements, d’œuvres (gravures, peintures) et de films, comptes rendus d’articles, ainsi que la place de la monarchie de Louis XIV dans l’enseignement.
      • Histoire Moderne 2 (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Europe des Lumières »Le cours explorera les grandes lignes de l’histoire du XVIIIe siècle, en mettant l’accent sur l’articulation entre l’histoire de France et les évolutions européennes. Tout en analysant la notion de « Lumières » et ses différentes déclinaisons nationales, le cours permettra d’introduire les notions et ruptures essentielles de l’histoire politique, sociale et culturelle du XVIIIe siècle (relations internationales, cosmopolitisme, émergence de la rationalité critique et de l’espace public…), mais sera également l’occasion d’interroger le « mythe de l’Europe française ».
    • 1 UE au choix parmi 2
      • Histoire Contemporaine 2 (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : Cet enseignement est destiné à donner les rudiments du commentaire de documents historiques : iconographie, textes, graphiques, etc.
      • Histoire Contemporaine 1 (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire sociale XIXe-XXe »Ce cours ouvrira les grands dossiers de l'histoire sociale du XIXe et du XXe siècles en s'inspirant des plus récents apports de l'historiographie qui, en variant les échelles d'observation, décrit les phénomènes sociaux en tenant compte de l'ensemble des acteurs qui en sont partie prenante. L'histoire du chemin de fer, celle de l'exode rural, celle des croyances comme celle du monde ouvrier, peuvent ainsi être révisées.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • Histoire générale antique (4 crédits ECTS)Description : Le cours portera sur la période républicaine jusqu’à la mise en place du Principat. Il traitera plus précisément les institutions, e la société et les conquêtes et la crise de la fin de la République.
    • Histoire générale médiévale (4 crédits ECTS)Description : Intitulé : OCCIDENT, BYZANCE et ISLAM (VIIIe-XIIe siècles) « pour les initiés Occibyzlam »Présentation : Le cours comprend trois chapitres.En Occident, à l’empire carolingien succède entre les Xe et XIIe siècles une période d’adaptation des pouvoirs laïcs et ecclésiastiques à la féodalisation de la société.Après le siècle justinien, l’empire byzantin se concentre à partir du VIIe siècle sur l’Asie Mineure et les Balkans en rétablissant son statut de grande puissance jusqu’à la fin du XIIe siècle.Suite aux premières expansions des VIIe et VIIIe siècles, l’Islam abbasside connaît une phase de prospérité qui débouche au Xe siècle sur une fragmentation politico-religieuse en trois califats.
    • Histoire antiquité (méthodologie) (3 crédits ECTS)Description : Le cours portera sur la période républicaine jusqu’à la mise en place du Principat. Il traitera plus précisément les institutions, e la société et les conquêtes et la crise de la fin de la République.
    • Histoire médiévale (méthodologie) (3 crédits ECTS)Description : Intitulé : OCCIDENT, BYZANCE et ISLAM (VIIIe-XIIe siècles) « pour les initiés Occibyzlam »Présentation : Le cours comprend trois chapitres.En Occident, à l’empire carolingien succède entre les Xe et XIIe siècles une période d’adaptation des pouvoirs laïcs et ecclésiastiques à la féodalisation de la société.Après le siècle justinien, l’empire byzantin se concentre à partir du VIIe siècle sur l’Asie Mineure et les Balkans en rétablissant son statut de grande puissance jusqu’à la fin du XIIe siècle. Suite aux premières expansions des VIIe et VIIIe siècles, l’Islam abbasside connaît une phase de prospérité qui débouche au Xe siècle sur une fragmentation politico-religieuse en trois califats.
    • Problèmes environnementauxDescription : Perturbation des cycles et des équilibres naturels par les sociétés humaines, principaux problèmes environnementaux : changement climatique, déforestation, érosion de la biodiversité, sécheresse et désertification, etc. Les cours aborderont les concepts, les indicateurs et les méthodes d’évaluation de l’état de l’environnement. Les travaux dirigés porteront sur l’actualité des problèmes environnementaux et sur des études de cas choisis par les étudiants et traités dans des dossiers.
  • Semestre 3 L Histoire - Métiers de l'enseignement
    • 1 UE au choix parmi 2
      • Milieux naturels et environnement (3 crédits ECTS)Description : Le milieu naturel constitue un système dont les composants sont inter reliés. Il s'agit d'étudier dans ce cours le rôle du climat sur les cours d'eau, les sols et la végétation : quels sont les facteurs déterminants, les données qui permettent de les analyser et les mécanismes qu'il est possible de mettre en évidence. Les fonctionnements qui en résultent, commandent en particulier les états du milieu naturel offerts aux installations humaines.
      • Ecole et société (3 crédits ECTS)Description : La question scolaire constitue un enjeu de société important ; l’école a notamment pour mission de donner à tous les moyens de s’insérer dans la société et d’accéder à l’autonomie. Ce module qui s’adresse aux futurs enseignants doit vous amener à comprendre la place et le rôle de l’école dans25la société mais aussi l’influence que peut avoir la société au sein de l’école. Il s’agit d’analyser les finalités d'un système scolaire et les enjeux sociaux de l'éducation, à l’échelle nationale et internationale.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)Description : Cours de langue vivante étrangère anglais.
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • Histoire générale antique (3 crédits ECTS)Description : Les TD visent à initier les étudiants aux sources et à la méthode des exercices principaux de l’historien de l’Antiquité (commentaire de documents ; dissertation).
    • Histoire générale médiévale (3 crédits ECTS)Description : « Histoire du Moyen Age »En Occident, à l’empire carolingien succède entre les Xe et XIIe siècles une période d’adaptation des pouvoirs laïcs et ecclésiastiques à la féodalisation de la société.Après le siècle justinien, l’empire byzantin se concentre à partir du VIIe siècle sur l’Asie Mineure et les Balkans en rétablissant son statut de grande puissance jusqu’à la fin du XIIe siècle.Suite aux premières expansions des VIIe et VIIIe siècles, l’Islam abbasside connaît une phase de prospérité qui débouche au Xe siècle sur une fragmentation politico-religieuse en trois califats.
    • Histoire générale moderne (3 crédits ECTS)Description : « L’Europe et le monde, XVIe-XVIIIe siècles »Le cours analyse la manière dont l’Europe a appréhendé le reste du monde et, inversement, dont le reste du monde a perçu l’Europe à l’époque moderne : ce décentrement du regard a été au cœur des travaux récents. En partant du grand élargissement du monde lors des « Grandes découvertes » et en allant jusqu’aux premiers conflits mondiaux de la Guerre de Sept Ans et de la Guerre d’indépendance américaine, le cours sera également l’occasion d’aborder les grands renouvellements historiographiques des dernières années, de l’histoire « globale » à l’histoire « connectée », tout en analysant les échanges et conflits qui ont structuré en profondeur les relations entre les Européens et le reste du monde, de l’expansion coloniale à la diplomatie et aux échanges culturels, en passant par les échanges marchands.
    • Histoire générale contemporaine (3 crédits ECTS)Description : À travers des exemples précis empruntés à diverses périodes de l’histoire contemporaine, puisés dans les histoires nationales, les étudiants travailleront sur les différentes échelles de l’histoire : événementielle, biographique, locale, nationale et mondiale.La bibliographie indicative sera donnée avec le programme et les documents sur la plate forme UMTICE
    • Histoire antique (Méthodologie) (2 crédits ECTS)Description : Les TD visent à initier les étudiants aux sources et à la méthode des exercices principaux de l’historien de l’Antiquité (commentaire de documents ; dissertation).
    • Histoire médiévale (Méthodologie) (3 crédits ECTS)Description : En Occident, à l’empire carolingien succède entre les Xe et XIIe siècles une période d’adaptation des pouvoirs laïcs et ecclésiastiques à la féodalisation de la société.Après le siècle justinien, l’empire byzantin se concentre à partir du VIIe siècle sur l’Asie Mineure et les Balkans en rétablissant son statut de grande puissance jusqu’à la fin du XIIe siècle.Suite aux premières expansions des VIIe et VIIIe siècles, l’Islam abbasside connaît une phase de prospérité qui débouche au Xe siècle sur une fragmentation politico-religieuse en trois califats.
    • Histoire moderne (Méthodologie) (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours
    • Histoire contemporaine (Méthodologie) (3 crédits ECTS)Description : A travers des exemples précis empruntés à diverses périodes de l’histoire contemporaine, puisés dans les histoires nationales, les étudiants travailleront sur les différentes échelles de l’histoire : événementielle, biographique, locale, nationale et mondiale.
    • UEO (2 crédits ECTS)Description : Retrouvez la liste des UEO proposées :
      Liste des UEO
  • Semestre 3 L Histoire - Métiers du patrimoine
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)Description : Cours de langue vivante étrangère anglais.
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • Histoire générale antique (3 crédits ECTS)Description : Les TD visent à initier les étudiants aux sources et à la méthode des exercices principaux de l’historien de l’Antiquité (commentaire de documents ; dissertation).
    • Histoire générale médiévale (3 crédits ECTS)Description : « Histoire du Moyen Age »En Occident, à l’empire carolingien succède entre les Xe et XIIe siècles une période d’adaptation des pouvoirs laïcs et ecclésiastiques à la féodalisation de la société.Après le siècle justinien, l’empire byzantin se concentre à partir du VIIe siècle sur l’Asie Mineure et les Balkans en rétablissant son statut de grande puissance jusqu’à la fin du XIIe siècle.Suite aux premières expansions des VIIe et VIIIe siècles, l’Islam abbasside connaît une phase de prospérité qui débouche au Xe siècle sur une fragmentation politico-religieuse en trois califats.
    • Histoire générale moderne (3 crédits ECTS)Description : « L’Europe et le monde, XVIe-XVIIIe siècles »Le cours analyse la manière dont l’Europe a appréhendé le reste du monde et, inversement, dont le reste du monde a perçu l’Europe à l’époque moderne : ce décentrement du regard a été au cœur des travaux récents. En partant du grand élargissement du monde lors des « Grandes découvertes » et en allant jusqu’aux premiers conflits mondiaux de la Guerre de Sept Ans et de la Guerre d’indépendance américaine, le cours sera également l’occasion d’aborder les grands renouvellements historiographiques des dernières années, de l’histoire « globale » à l’histoire « connectée », tout en analysant les échanges et conflits qui ont structuré en profondeur les relations entre les Européens et le reste du monde, de l’expansion coloniale à la diplomatie et aux échanges culturels, en passant par les échanges marchands.
    • Histoire générale contemporaine (3 crédits ECTS)Description : À travers des exemples précis empruntés à diverses périodes de l’histoire contemporaine, puisés dans les histoires nationales, les étudiants travailleront sur les différentes échelles de l’histoire : événementielle, biographique, locale, nationale et mondiale.La bibliographie indicative sera donnée avec le programme et les documents sur la plate forme UMTICE
    • Histoire antique (Méthodologie) (2 crédits ECTS)Description : Les TD visent à initier les étudiants aux sources et à la méthode des exercices principaux de l’historien de l’Antiquité (commentaire de documents ; dissertation).
    • Histoire médiévale (Méthodologie) (3 crédits ECTS)Description : En Occident, à l’empire carolingien succède entre les Xe et XIIe siècles une période d’adaptation des pouvoirs laïcs et ecclésiastiques à la féodalisation de la société.Après le siècle justinien, l’empire byzantin se concentre à partir du VIIe siècle sur l’Asie Mineure et les Balkans en rétablissant son statut de grande puissance jusqu’à la fin du XIIe siècle.Suite aux premières expansions des VIIe et VIIIe siècles, l’Islam abbasside connaît une phase de prospérité qui débouche au Xe siècle sur une fragmentation politico-religieuse en trois califats.
    • Histoire moderne (Méthodologie) (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours
    • Histoire contemporaine (Méthodologie) (3 crédits ECTS)Description : A travers des exemples précis empruntés à diverses périodes de l’histoire contemporaine, puisés dans les histoires nationales, les étudiants travailleront sur les différentes échelles de l’histoire : événementielle, biographique, locale, nationale et mondiale.
    • Patrimoine 1 (contemporain) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire politique de l’architecture et des jardins »Jardins et architectures ne sont ni l’oeuvre de la nature, ni celle de purs esprits artistiques. Ils sont le produits d’une époque et d’une politique. Mêlant initiation au patrimoine et à l’histoire sociale politique des architectures sur une période large XVIIIe-XXe (du jardin anglais au familistère en passant par le jardin ouvrier et l’architecture de la 3ème république), le cours s’appuiera sur deux sorties et proposera une évaluation inédite sous la forme d’une vidéo de courte durée produite en groupe. Adeptes de Youtube bienvenus.
    • UEO (2 crédits ECTS)Description : Retrouvez la liste des UEO proposées :
      Liste des UEO
  • Semestre 4 L Histoire - Métiers de l'enseignement
    • 3 UE au choix parmi 4
      • Histoire générale antique (4 crédits ECTS)Description : « Les mutations du monde romain IIIe-IVe s »  Ce cours concerne l’Antiquité tardive et complète la formation à l’histoire de l’Antiquité. Il s’intéresse à cette période complexe longtemps qualifiée de « Bas Empire », associée aux « invasions barbares » et à la décadence de l’empire romain. On montrera que cette période troublée s’accompagne en réalité d’une réorganisation politique et sociale et d’une profonde mutation religieuse qui forment une nouvelle romanité.
      • Histoire générale médiévale (4 crédits ECTS)Description : « Fin du Moyen Age (XIIe-XVe siècles) »  De saint Louis à la « pucelle d’Orléans » en passant par les « rois maudits », la monarchie française se structure progressivement en État, non sans de graves soubresauts durant cette période si féconde qui prépare la modernité. Au même moment, l’Orient est marqué par la rencontre des Latins et des Musulmans par le biais des Croisades et par le lent effacement de l’empire byzantin.
      • Histoire générale moderneDescription : «Minorités et exclusions dans l’Europe Moderne »  Le cours visera à appréhender l’histoire de différentes minorités – religieuses ou sociales– et des exclus des sociétés de l’Europe moderne. Seront par exemple abordées l’histoire des femmes, des pauvres ou encore celle des vaudois et autres groupes minoritaires dans la France, l’Angleterre ou la péninsule ibérique des XVIe-XVIIIe siècles.
      • Histoire générale contemporaine (4 crédits ECTS)Description : « Histoire du corps et des pratiques de santé »  Le corps est un des principaux lieux de notre histoire. Encadré par les croyances et les interprétations traditionnelles, le corps est progressivement médicalisé au XIXe siècle. De la naissance à la mort en passant par la sexualité, le corps est un enjeu de confrontations sociales et un objet de débats. L’intervention de l’État se fait plus pressante dans les domaines de l’hygiène et de la prévention, secondant une science et une profession médicale en plein essor. Ce cours revisite l’histoire de ces deux siècles en s’attachant à décrire l’évolution des normes corporelles et des pratiques de santé qu’elles soient médicales ou populaires.
    • 2 UE au choix parmi 4
      • Histoire antique (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Archéologie Gallo-Romaine »  L’archéologie gallo-romaine a connu un développement rapide au XXe siècle, bénéficiant de l’apport de techniques de plus en plus pointues, et est devenue une source indispensable à la connaissance de la Gaule romaine. Il s’agira de retracer l’histoire de son évolution, d’aborder les différentes techniques utilisées en archéologie et d’initier l’étudiant à l’étude du matériel et aux méthodes de fouilles. L’enseignement peut être complété par un stage de terrain proposé dans le cadre de l’UE.
      • Histoire médiévale (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : Le Moyen Age vu d’ailleurs : Allemagne, Italie, Europe Centrale - Le cours a pour but de faire découvrir d’autres horizons médiévaux et de sortir de l’histoire de France, à laquelle se résume trop souvent l’approche du Moyen Age. L’Empire, qui rassemble des territoires de langues et de cultures germaniques, italiennes, slaves et françaises, constituent à partir du Xe siècle un espace dynamique sur le plan économique et intellectuel, en même temps qu’une tentative de construction d’un système politique différent des monarchies centralisées françaises et anglaises.
      • Histoire moderne (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : "Cultures du quotidien en Europe, XVIe-XVIIIe s" - Le cours propose d’examiner les pratiques culturelles ordinaires qui rythment la vie quotidienne, et la manière dont se construit la « distinction » sociale par ces pratiques : lire, écrire, aller au théâtre, ou encore pratiquer l’ensemble des rituels accompagnant les grands moments de la vie (naissance, mariage, mort) sont autant de vecteurs par lesquels les univers sociaux se construisent, se mettent en scène et se différencient les uns des autres. Le cours sera l’occasion d’aborder les différentes historiographies européennes sur la question : « l’histoire de tous les jours » (Alltagsgeschichte) allemande, la microstoria italienne, ou encore l’history from below anglaise, tout en proposant quelques ouvertures vers les travaux de sociologie (Norbert Elias, Pierre Bourdieu).
      • Histoire contemporaine (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : Ce cours est centré sur l’histoire de la Première Guerre mondiale dont la chronologie est étendue aux tensions internationales qui précèdent le conflit (guerre russo-japonaise ; crises marocaines ; guerres balkaniques) et aux conflits successeurs de la Grande Guerre (guerre russo-polonaise, guerre du Levant, etc.). Outre les évolutions diplomatiques et militaires de la période, ce cours propose un regard renouvelé de la Grande Guerre à partir des nombreux travaux publiés depuis une vingtaine d’années. L’expérience des combattants et des civils sera traitée « au ras du sol » à travers une approche culturelle et anthropologique, non sans évoquer les continuités et les transformations institutionnelles et politiques suscitées par cette période de conflit. Il s’agira d’inscrire ce moment guerrier dans le temps long des relations internationales et d’en mesurer l’héritage géopolitique, culturel et social. Les interactions entre les représentations guerrières et les représentations pacifiques, la diffusion des idées pacifistes au cours de la période seront également abordées.
    • 1 UE au choix parmi 2
      • Enseigner l'histoire et la géographie (3 crédits ECTS)Description : Un enseignement pour apprendre à enseigner la géographie et l'histoire. L'objectif de ce cours est de comprendre comment concevoir une leçon de géographie et d'histoire selon le niveau des apprenants et selon la complexité des thèmes à traiter. La démarche propose de mettre régulièrement les étudiants en situation d'enseignants, avec notamment des phases de réflexion sur la sélection des savoirs et sur les outils à choisir pour la construction des cours. Pour la partie histoire le cours a pour objectif une première initiation aux techniques d'enseignement de l'histoire dans les établissements du second degré.
      • Géographie de la France (3 crédits ECTS)Description : L’objectif pédagogique de cet enseignement présentant la France dans ses caractéristiques essentielles vise à faire prendre la mesure des enjeux auxquels globalement le pays est confronté, complété par une approche régionale destinée à comprendre les mouvements à l’œuvre sous l’effet de forces endogènes et exogènes. Les travaux dirigés sont l’occasion d’approches thématiques variées dans des contextes régionaux aux échelles différenciées.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)Description : Cours de langue vivante étrangère anglais.
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • Histoire de l'éducation 1 (3 crédits ECTS)Description : Le cours portera sur l’histoire de l’éducation et de l’enseignement de l’Antiquité jusqu’au XXe siècle. Selon les périodes certains exemples seront approfondis : éducation spartiate, écoles et universités au Moyen-âge, collèges à l’époque moderne, école primaire sous la troisième République.
    • Histoire de l'éducation 2 (2 crédits ECTS)Description : « Enseigner le fait religieux »  Que ce soit dans un cadre français, européen ou international, propos et gestes liés au « religieux » viennent sans cesse occuper les pages de l’actualité. Ils imprègnent également des siècles d’histoire dont témoignent les arts et les lettres, comme le vécu quotidien d’une majorité de sociétés. L’Université et l’école publiques, adossées au cadre laïque, bénéficient d’un atout pour aborder l’étude de ce « fait » : la mise à distance de tout a priori confessant. Il importe d’en avoir une claire conscience pour s’adresser sans complexe à des élèves ou à des étudiants qui portent des expériences très différentes.
    • UEO (2 crédits ECTS)Description : Retrouvez la liste des UEO proposées :
      Liste des UEO
  • Semestre 4 L Histoire - Métiers du patrimoine
    • 3 UE au choix parmi 4
      • Histoire générale antique (4 crédits ECTS)Description : « Les mutations du monde romain IIIe-IVe s »  Ce cours concerne l’Antiquité tardive et complète la formation à l’histoire de l’Antiquité. Il s’intéresse à cette période complexe longtemps qualifiée de « Bas Empire », associée aux « invasions barbares » et à la décadence de l’empire romain. On montrera que cette période troublée s’accompagne en réalité d’une réorganisation politique et sociale et d’une profonde mutation religieuse qui forment une nouvelle romanité.
      • Histoire générale médiévale (4 crédits ECTS)Description : « Fin du Moyen Age (XIIe-XVe siècles) »  De saint Louis à la « pucelle d’Orléans » en passant par les « rois maudits », la monarchie française se structure progressivement en État, non sans de graves soubresauts durant cette période si féconde qui prépare la modernité. Au même moment, l’Orient est marqué par la rencontre des Latins et des Musulmans par le biais des Croisades et par le lent effacement de l’empire byzantin.
      • Histoire générale moderneDescription : «Minorités et exclusions dans l’Europe Moderne »  Le cours visera à appréhender l’histoire de différentes minorités – religieuses ou sociales– et des exclus des sociétés de l’Europe moderne. Seront par exemple abordées l’histoire des femmes, des pauvres ou encore celle des vaudois et autres groupes minoritaires dans la France, l’Angleterre ou la péninsule ibérique des XVIe-XVIIIe siècles.
      • Histoire générale contemporaine (4 crédits ECTS)Description : « Histoire du corps et des pratiques de santé »  Le corps est un des principaux lieux de notre histoire. Encadré par les croyances et les interprétations traditionnelles, le corps est progressivement médicalisé au XIXe siècle. De la naissance à la mort en passant par la sexualité, le corps est un enjeu de confrontations sociales et un objet de débats. L’intervention de l’État se fait plus pressante dans les domaines de l’hygiène et de la prévention, secondant une science et une profession médicale en plein essor. Ce cours revisite l’histoire de ces deux siècles en s’attachant à décrire l’évolution des normes corporelles et des pratiques de santé qu’elles soient médicales ou populaires.
    • 2 UE au choix parmi 4
      • Histoire antique (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Archéologie Gallo-Romaine »  L’archéologie gallo-romaine a connu un développement rapide au XXe siècle, bénéficiant de l’apport de techniques de plus en plus pointues, et est devenue une source indispensable à la connaissance de la Gaule romaine. Il s’agira de retracer l’histoire de son évolution, d’aborder les différentes techniques utilisées en archéologie et d’initier l’étudiant à l’étude du matériel et aux méthodes de fouilles. L’enseignement peut être complété par un stage de terrain proposé dans le cadre de l’UE.
      • Histoire médiévale (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : Le Moyen Age vu d’ailleurs : Allemagne, Italie, Europe Centrale - Le cours a pour but de faire découvrir d’autres horizons médiévaux et de sortir de l’histoire de France, à laquelle se résume trop souvent l’approche du Moyen Age. L’Empire, qui rassemble des territoires de langues et de cultures germaniques, italiennes, slaves et françaises, constituent à partir du Xe siècle un espace dynamique sur le plan économique et intellectuel, en même temps qu’une tentative de construction d’un système politique différent des monarchies centralisées françaises et anglaises.
      • Histoire moderne (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : "Cultures du quotidien en Europe, XVIe-XVIIIe s" - Le cours propose d’examiner les pratiques culturelles ordinaires qui rythment la vie quotidienne, et la manière dont se construit la « distinction » sociale par ces pratiques : lire, écrire, aller au théâtre, ou encore pratiquer l’ensemble des rituels accompagnant les grands moments de la vie (naissance, mariage, mort) sont autant de vecteurs par lesquels les univers sociaux se construisent, se mettent en scène et se différencient les uns des autres. Le cours sera l’occasion d’aborder les différentes historiographies européennes sur la question : « l’histoire de tous les jours » (Alltagsgeschichte) allemande, la microstoria italienne, ou encore l’history from below anglaise, tout en proposant quelques ouvertures vers les travaux de sociologie (Norbert Elias, Pierre Bourdieu).
      • Histoire contemporaine (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : Ce cours est centré sur l’histoire de la Première Guerre mondiale dont la chronologie est étendue aux tensions internationales qui précèdent le conflit (guerre russo-japonaise ; crises marocaines ; guerres balkaniques) et aux conflits successeurs de la Grande Guerre (guerre russo-polonaise, guerre du Levant, etc.). Outre les évolutions diplomatiques et militaires de la période, ce cours propose un regard renouvelé de la Grande Guerre à partir des nombreux travaux publiés depuis une vingtaine d’années. L’expérience des combattants et des civils sera traitée « au ras du sol » à travers une approche culturelle et anthropologique, non sans évoquer les continuités et les transformations institutionnelles et politiques suscitées par cette période de conflit. Il s’agira d’inscrire ce moment guerrier dans le temps long des relations internationales et d’en mesurer l’héritage géopolitique, culturel et social. Les interactions entre les représentations guerrières et les représentations pacifiques, la diffusion des idées pacifistes au cours de la période seront également abordées.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)Description : Cours de langue vivante étrangère anglais.
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • UE Patrimoine 1 (médiéval) (3 crédits ECTS)Description : « Art et iconographie du haut Moyen Age »  Les cours de cette UEP présenteront les approches artistiques de la première moitié du Moyen Âge (Ve-Xe siècles). Dans les TD, les étudiants réaliseront des études de productions spécifiques.
    • UE Patrimoine 2 (médiéval) (3 crédits ECTS)Description : « Art et iconographie du second Moyen Age »  Les cours de cette UEP présenteront les approches artistiques de la seconde moitié du Moyen Âge (Xe-XVe siècles). Dans les TD, les étudiants réaliseront des études de productions spécifiques.
    • UE Patrimoine 3 (moderne) (2 crédits ECTS)Description : « Histoire sociale de l’art et des artistes, XVIe-XVIIIe siècles »  Le cours explorera les grandes évolutions de l’histoire de l’art à l’époque moderne, non seulement en analysant les grandes étapes de l’évolution proprement artistique et les œuvres elles-mêmes, mais également en réinsérant leur production dans l’évolution du statut des artistes eux-mêmes. Hommes et femmes d’art ont en effet connu durant cette période une évolution majeure de leur statut social et professionnel, et c’est dans ce cadre que chefs d’œuvre et œuvres mineures ont pu voir le jour : l’histoire de l’art se comprend donc quand on l’interprète en lien avec un contexte à la fois politique, social et économique.
    • UEO (2 crédits ECTS)Description : Retrouvez la liste des UEO proposées :
      Liste des UEO
  • Semestre 5 L Histoire - Métiers de l'enseignement 1er degré
    • Mathématiques et enseignement (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours.
    • Mathématiques disciplinairesDescription : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours.
    • Français à l'école primaire (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours.
    • 2UE au choix parmi 4
      • Histoire générale Antique (4 crédits ECTS)Description : « Les Grecs et le Proche-Orient »  Les Grecs anciens, tout comme leurs prédécesseurs du Néolithique, ont entretenu de multiples relations avec le Proche-Orient asiatique et égyptien. De la conquête perse à la conquête romaine, soit de 547 à 31 avant J.-C., ces relations ont souvent pris la forme de la guerre de conquête et de la colonisation, sans jamais exclure les échanges économiques et culturels, au sens le plus large de ce dernier mot. Selon les années, nous mettrons l’accent sur une partie de cette période, ou sur un aspect des contacts entre les civilisations concernées, comme la floraison des cités grecques aux époques hellénistique et romaine.
      • Histoire générale Médiévale (4 crédits ECTS)Description : "Économie et société au Moyen Age"Si aujourd'hui, dans les pays industrialisés, la population urbaine représente plus de 80% du total de la population, ce n'était pas le cas des sociétés anciennes. Au Moyen Âge, 98% de la population vit et travaille à la campagne. Le village constitue donc le cadre de la vie quotidienne de la majorité silencieuse des laboratores comme de l'aristocratie et à ce titre est un élément fondamental de compréhension de la société du Moyen Âge occidental. En effet, le village est à la fois un cadre économique et social essentiel car c’est au village que se nouent les rapports sociaux et que sont produites les denrées nécessaires à l’alimentation des hommes et des bêtes et à l'artisanat ou l'industrie urbaine, mais c'est aussi une structure religieuse vivante et un lieu de sociabilité. Le village est une structure qui détermine encore nos mentalités, structure idéalisée forgée sur un modèle formé au cours du Moyen Age, mais qui dans sa forme actuelle ne se fixe qu’au cours de l’époque moderne. Il faut donc aussi écrire l’histoire du village en l'étudiant sous tous ses aspects.
      • Histoire générale Moderne (4 crédits ECTS)Description : « Les protestants Européens et le monde »  Les protestants représentent aujourd’hui 800 millions d’individus répartis sur l’ensemble des continents. Tel n’a pas toujours été le cas et, au moment de l’émergence de la Réformation - il y a 500 ans - le protestantisme était une minorité religieuse avant tout européenne. Le cours propose donc de comprendre comment s’est diffusée cette religion à travers le monde. Seront ainsi abordées les origines européennes des Réformes protestantes, ainsi que ses ramifications à travers les exils volontaires et premières tentatives d’évangélisation. Les migrations forcées, les installations dans les pays du Refuge en Europe ou dans le Nouveau Monde occuperont aussi une place dans la réflexion, tout comme l’émergence, à partir du XVIIIe siècle, d’une conquête des mers par les puissances protestantes, accompagnant un élan missionnaire enfin structuré. La mondialisation de cette religion est alors enfin acquise au début du siècle suivant."
      • Histoire générale Contemporaine (4 crédits ECTS)Description : « Sciences et sociétés » : La place de l'homme dans la nature  Ce cours est conçu comme une introduction à l’histoire des sciences. Il évoque les grandes théories scientifiques (telle la théorie de l’évolution des espèces de Darwin) et leur diffusion par l’imprimé, par l’image, par les expositions et les musées, en portant une attention toute particulière à la manière dont les discours savants entrent en interaction avec les contextes politiques, sociaux, religieux. Le cours est centré sur la redéfinition de la place de l’homme dans la nature (géologie, anthropologie, théories de l’évolution) et sur son impact, en France et en Grande-Bretagne.
    • 1UE au choix parmi 4
      • Compétences de l'historien 1 (épigraphie) (3 crédits ECTS)Description : Le cours a pour but de faire découvrir aux étudiants les inscriptions latines gravées sous l’Empire romain. En effet, la civilisation romaine sous le Principat a connu un développement sans précédent de l’écriture publique et privée. Nous étudierons plus précisément les épitaphes, les titulatures impériales, les carrières municipales, sénatoriales et équestres. Les inscriptions latines nous permettent de connaitre la vie quotidienne des habitants de l’Empire, le pouvoir impérial et les rouages de l’administration municipale et impériale.
      • Compétences de l'historien 2 (paléographie) (3 crédits ECTS)Description : Dans les CM, les étudiants apprendront les principes de lecture des écritures médiévales et modernes, qu'ils mettront en pratique pour déchiffrer dans les TD des textes en français ancien.
      • Compétences de l'historien 3 (histoire contemporaine) (3 crédits ECTS)Description : La règle du jeu est simple. Tirez au hasard un individu dans les tables décennales de l’Etat civil du département de votre choix. Assurez-vous que celui-ci a vécu suffisamment longtemps pour que la partie soit intéressante. Puis à partir d’informations très réduites- la date et le lieu de son décès - tentez d’écrire l’histoire du siècle depuis le point de vue de ce personnage inconnu. La mission, si vous l'acceptez, est ardue mais l'objectif est clair : donner un point de vue original, au ras du sol, sur l’histoire du XIXe siècle dans ses dimensions sociale, économique, scolaire, religieuse, politique, militaire, culturelle...
      • Langue, littérature et civilisation latines 1 (débutant) (3 crédits ECTS)
    • 2UE au choix parmi 5
      • Histoire antique (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Chrétiens et païens »A partir d’une approche d’histoire sociale et d’histoire des mentalités, ce cours se propose de donner un aperçu de la naissance du christianisme, puis de son affirmation dans le cadre de l’Empire romain entre le début du Ier et la fin du IVe siècle. On examinera ainsi la physionomie des premières communautés chrétiennes dans leurs interactions avec l’environnement politique, social et religieux de la cité gréco-romaine, puis l’évolution de leurs relations, d’abord conflictuelles, puis privilégiées, avec le pouvoir impérial romain
      • Histoire médiévale (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Archéologie médiévale »  Le cours est une initiation à l'archéologie médiévale. Outre l'historiographie et la naissance de l'archéologie médiévale en France, un panorama général des grandes thématiques abordées par cette discipline depuis son éclosion dans les années 1970 sera effectué : archéologie funéraire, rurale, urbaine, et religieuse... L'accent sera particulièrement mis sur le haut Moyen Âge en fin de semestre.
      • Histoire moderne (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : HISTOIRE MODERNE (APPROFONDISSEMENT)« La France en Révolution, 1789-1799 »En 10 ans, les Français mettent fin à la monarchie absolue puis à sa forme parlementaire, avant d’expérimenter trois régimes républicains (la Convention, 1792-1795, le Directoire, 1795-1799 et le Consulat, 1799-1804), tout en transformant en profondeur les lois civiles, les conditions de la vie religieuse, l’administration du territoire, mais aussi la place de la France en Europe. Cette période a donné lieu à des positionnements historiographiques, que nous présenterons en ouverture, largement liés à des identités politiques, opposant les partisans de la Révolution aux historiens contre-révolutionnaires. Il convient ensuite de revenir sur le lien entre la Révolution et l’Ancien Régime où elle a pris racine. Nous pourrons alors suivre le fil de la Révolution, à travers une série de chapitres chronologiques : révolution de 1789, monarchie constitutionnelle, Convention et Terreur, puis le Directoire et le Consulat, en tentant de restituer à chaque fois la place de l’événement dans une évolution complexe au sein de laquelle les acteurs peinent le plus souvent à trouver un sens immédiat ou une orientation intelligible. Nous insisterons sur la place croissante de la guerre à partir de 1792, ainsi que l’impact immense de la guerre civile en Vendée et dans l’Ouest. A partir de 1794-1795, la politique intérieure tend à être neutralisée par les gouvernants – plus encore à partir de 1799 –, ceux-ci accroissant le pouvoir des élites sociales en place tout en soutenant l’effort de guerre. Nous aborderons le bilan social de cette dizaine d’années de transformations.
      • Histoire contemporaine (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire culturelle de l’Europe XXe s. »A partir des années 1880, les développements technologiques directs (amélioration des procédés photographiques, apparition du phonographe et du cinématographe) ou indirects (amélioration des procédés d’impression, développement des moyens de diffusion) permettent une forme de démocratisation de l’accès à la culture, facilité également par les progrès de l’alphabétisation en Europe et renforcent les logiques de marchandisation de la culture. En dépit de l’essor des nationalismes, les échanges culturels via la littérature, le théâtre, l’opéra, les ballets, le cinéma, la peinture, les arts décoratifs, le sport etc. sont constants et la domination franco-britannique est de moins en mois prégnante tout au long de cette période, subissant une concurrence européenne puis étasunienne. Par ailleurs, cette époque coïncide également avec l’essor d’une culture populaire de plus en plus globalisée qui résiste à l’élitisme et impose de plus en plus ses normes dans tous les domaines. Cependant, la question de la modernité culturelle, déjà amplement débattue dans les dernières décennies du XIXe siècle et à la Belle Époque, devient tout à fait centrale dans l’entre-deux-guerres. En effet, de nouveaux mouvements politiques comme le communisme, le fascisme et le nazisme, s’ils donnent à la culture une place tout à fait centrale dans leurs idéologies rejettent cette culture moderne et globalisée, considérée soit comme un instrument de la domination capitaliste, soit comme l’illustration de la dégénération culturelle européenne.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • 1UE au choix parmi 2
      • Société, politique, religions (2 crédits ECTS)Description : Le cours sera une initiation à la recherche en histoire, plus particulièrement autour de la thématique « Société, politique et religions ». L’objectif sera de présenter quelques grandes questions historiographiques et épistémologiques ou bien encore de rendre compte de la recherche en cours en histoire sociale, politique et religieuse.
      • Cultures, savoirs et techniques (2 crédits ECTS)Description : Ce cours sera consacré à la présentation de recherches en cours, des sources et des méthodes sur lesquelles se fondent ces recherches et des sujets de master sur lesquels elles peuvent ouvrir.
    • Dossier pédagogique histoire à l'école (1 crédits ECTS)Description : Dans sa phase d’admission, le concours de recrutement de professeur des écoles (CRPE) comprend deux oraux. Le premier oral est une mise en situation professionnelle dans un domaine au choix. Durant 20 minutes, le candidat présente un dossier de 10 pages démontrant ses compétences scientifiques et didactiques et l’amenant à décrire une séquence pédagogique. Le contenu de l’épreuve d’Histoire repose sur les thèmes des programmes de l’enseignement primaire, notamment en CM1 et CM2.
  • Semestre 5 L Histoire - Métiers de l'enseignement 2nd degré
    • 2UE au choix parmi 4
      • Histoire générale Antique (4 crédits ECTS)Description : « Les Grecs et le Proche-Orient »  Les Grecs anciens, tout comme leurs prédécesseurs du Néolithique, ont entretenu de multiples relations avec le Proche-Orient asiatique et égyptien. De la conquête perse à la conquête romaine, soit de 547 à 31 avant J.-C., ces relations ont souvent pris la forme de la guerre de conquête et de la colonisation, sans jamais exclure les échanges économiques et culturels, au sens le plus large de ce dernier mot. Selon les années, nous mettrons l’accent sur une partie de cette période, ou sur un aspect des contacts entre les civilisations concernées, comme la floraison des cités grecques aux époques hellénistique et romaine.
      • Histoire générale Médiévale (4 crédits ECTS)Description : "Économie et société au Moyen Age"Si aujourd'hui, dans les pays industrialisés, la population urbaine représente plus de 80% du total de la population, ce n'était pas le cas des sociétés anciennes. Au Moyen Âge, 98% de la population vit et travaille à la campagne. Le village constitue donc le cadre de la vie quotidienne de la majorité silencieuse des laboratores comme de l'aristocratie et à ce titre est un élément fondamental de compréhension de la société du Moyen Âge occidental. En effet, le village est à la fois un cadre économique et social essentiel car c’est au village que se nouent les rapports sociaux et que sont produites les denrées nécessaires à l’alimentation des hommes et des bêtes et à l'artisanat ou l'industrie urbaine, mais c'est aussi une structure religieuse vivante et un lieu de sociabilité. Le village est une structure qui détermine encore nos mentalités, structure idéalisée forgée sur un modèle formé au cours du Moyen Age, mais qui dans sa forme actuelle ne se fixe qu’au cours de l’époque moderne. Il faut donc aussi écrire l’histoire du village en l'étudiant sous tous ses aspects.
      • Histoire générale Moderne (4 crédits ECTS)Description : « Les protestants Européens et le monde »  Les protestants représentent aujourd’hui 800 millions d’individus répartis sur l’ensemble des continents. Tel n’a pas toujours été le cas et, au moment de l’émergence de la Réformation - il y a 500 ans - le protestantisme était une minorité religieuse avant tout européenne. Le cours propose donc de comprendre comment s’est diffusée cette religion à travers le monde. Seront ainsi abordées les origines européennes des Réformes protestantes, ainsi que ses ramifications à travers les exils volontaires et premières tentatives d’évangélisation. Les migrations forcées, les installations dans les pays du Refuge en Europe ou dans le Nouveau Monde occuperont aussi une place dans la réflexion, tout comme l’émergence, à partir du XVIIIe siècle, d’une conquête des mers par les puissances protestantes, accompagnant un élan missionnaire enfin structuré. La mondialisation de cette religion est alors enfin acquise au début du siècle suivant."
      • Histoire générale Contemporaine (4 crédits ECTS)Description : « Sciences et sociétés » : La place de l'homme dans la nature  Ce cours est conçu comme une introduction à l’histoire des sciences. Il évoque les grandes théories scientifiques (telle la théorie de l’évolution des espèces de Darwin) et leur diffusion par l’imprimé, par l’image, par les expositions et les musées, en portant une attention toute particulière à la manière dont les discours savants entrent en interaction avec les contextes politiques, sociaux, religieux. Le cours est centré sur la redéfinition de la place de l’homme dans la nature (géologie, anthropologie, théories de l’évolution) et sur son impact, en France et en Grande-Bretagne.
    • 1UE au choix parmi 4
      • Compétences de l'historien 1 (épigraphie) (3 crédits ECTS)Description : Le cours a pour but de faire découvrir aux étudiants les inscriptions latines gravées sous l’Empire romain. En effet, la civilisation romaine sous le Principat a connu un développement sans précédent de l’écriture publique et privée. Nous étudierons plus précisément les épitaphes, les titulatures impériales, les carrières municipales, sénatoriales et équestres. Les inscriptions latines nous permettent de connaitre la vie quotidienne des habitants de l’Empire, le pouvoir impérial et les rouages de l’administration municipale et impériale.
      • Compétences de l'historien 2 (paléographie) (3 crédits ECTS)Description : Dans les CM, les étudiants apprendront les principes de lecture des écritures médiévales et modernes, qu'ils mettront en pratique pour déchiffrer dans les TD des textes en français ancien.
      • Compétences de l'historien 3 (histoire contemporaine) (3 crédits ECTS)Description : La règle du jeu est simple. Tirez au hasard un individu dans les tables décennales de l’Etat civil du département de votre choix. Assurez-vous que celui-ci a vécu suffisamment longtemps pour que la partie soit intéressante. Puis à partir d’informations très réduites- la date et le lieu de son décès - tentez d’écrire l’histoire du siècle depuis le point de vue de ce personnage inconnu. La mission, si vous l'acceptez, est ardue mais l'objectif est clair : donner un point de vue original, au ras du sol, sur l’histoire du XIXe siècle dans ses dimensions sociale, économique, scolaire, religieuse, politique, militaire, culturelle...
      • Langue, littérature et civilisation latines 1 (débutant) (3 crédits ECTS)
    • 2UE au choix parmi 5
      • Histoire antique (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Chrétiens et païens »A partir d’une approche d’histoire sociale et d’histoire des mentalités, ce cours se propose de donner un aperçu de la naissance du christianisme, puis de son affirmation dans le cadre de l’Empire romain entre le début du Ier et la fin du IVe siècle. On examinera ainsi la physionomie des premières communautés chrétiennes dans leurs interactions avec l’environnement politique, social et religieux de la cité gréco-romaine, puis l’évolution de leurs relations, d’abord conflictuelles, puis privilégiées, avec le pouvoir impérial romain
      • Histoire médiévale (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Archéologie médiévale »  Le cours est une initiation à l'archéologie médiévale. Outre l'historiographie et la naissance de l'archéologie médiévale en France, un panorama général des grandes thématiques abordées par cette discipline depuis son éclosion dans les années 1970 sera effectué : archéologie funéraire, rurale, urbaine, et religieuse... L'accent sera particulièrement mis sur le haut Moyen Âge en fin de semestre.
      • Histoire moderne (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : HISTOIRE MODERNE (APPROFONDISSEMENT)« La France en Révolution, 1789-1799 »En 10 ans, les Français mettent fin à la monarchie absolue puis à sa forme parlementaire, avant d’expérimenter trois régimes républicains (la Convention, 1792-1795, le Directoire, 1795-1799 et le Consulat, 1799-1804), tout en transformant en profondeur les lois civiles, les conditions de la vie religieuse, l’administration du territoire, mais aussi la place de la France en Europe. Cette période a donné lieu à des positionnements historiographiques, que nous présenterons en ouverture, largement liés à des identités politiques, opposant les partisans de la Révolution aux historiens contre-révolutionnaires. Il convient ensuite de revenir sur le lien entre la Révolution et l’Ancien Régime où elle a pris racine. Nous pourrons alors suivre le fil de la Révolution, à travers une série de chapitres chronologiques : révolution de 1789, monarchie constitutionnelle, Convention et Terreur, puis le Directoire et le Consulat, en tentant de restituer à chaque fois la place de l’événement dans une évolution complexe au sein de laquelle les acteurs peinent le plus souvent à trouver un sens immédiat ou une orientation intelligible. Nous insisterons sur la place croissante de la guerre à partir de 1792, ainsi que l’impact immense de la guerre civile en Vendée et dans l’Ouest. A partir de 1794-1795, la politique intérieure tend à être neutralisée par les gouvernants – plus encore à partir de 1799 –, ceux-ci accroissant le pouvoir des élites sociales en place tout en soutenant l’effort de guerre. Nous aborderons le bilan social de cette dizaine d’années de transformations.
      • Histoire contemporaine (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire culturelle de l’Europe XXe s. »A partir des années 1880, les développements technologiques directs (amélioration des procédés photographiques, apparition du phonographe et du cinématographe) ou indirects (amélioration des procédés d’impression, développement des moyens de diffusion) permettent une forme de démocratisation de l’accès à la culture, facilité également par les progrès de l’alphabétisation en Europe et renforcent les logiques de marchandisation de la culture. En dépit de l’essor des nationalismes, les échanges culturels via la littérature, le théâtre, l’opéra, les ballets, le cinéma, la peinture, les arts décoratifs, le sport etc. sont constants et la domination franco-britannique est de moins en mois prégnante tout au long de cette période, subissant une concurrence européenne puis étasunienne. Par ailleurs, cette époque coïncide également avec l’essor d’une culture populaire de plus en plus globalisée qui résiste à l’élitisme et impose de plus en plus ses normes dans tous les domaines. Cependant, la question de la modernité culturelle, déjà amplement débattue dans les dernières décennies du XIXe siècle et à la Belle Époque, devient tout à fait centrale dans l’entre-deux-guerres. En effet, de nouveaux mouvements politiques comme le communisme, le fascisme et le nazisme, s’ils donnent à la culture une place tout à fait centrale dans leurs idéologies rejettent cette culture moderne et globalisée, considérée soit comme un instrument de la domination capitaliste, soit comme l’illustration de la dégénération culturelle européenne.
    • 2UE au choix parmi 4
      • Qu'est-ce que la géographie? (3 crédits ECTS)Description : Cet enseignement apporte les bases indispensables aux étudiant(e)s qui entament un cursus universitaire en géographie. Ayant des visées épistémologiques, ce cours permettra de mieux cerner la discipline, depuis sa naissance jusqu’aux enjeux et courants actuels. Les cours présentent les grands courants de pensée en géographie, les outils et les méthodes de la pratique de la géographie, l’apport de la géographie dans les domaines de l’aménagement du territoire et de la gestion de l’environnement. L’objectif principal est de construire un socle « commun » disciplinaire tout en soulignant la diversité de la géographie, de sa pratique et de son utilité.
      • Les Nords (3 crédits ECTS)Description : Organisée en deux temps, la première partie de l'enseignement est consacrée aux dynamiques socio territoriales en œuvre aux États-Unis alors que la deuxième partie de l'enseignement renvoie à ces mêmes dynamiques mais dans un contexte européen. Des questions de métropolisation, de polarisation, d'interactions seront abordées pour comprendre la structuration des territoires de ces deux aires régionales.
      • Projets pédagogiques en géographie (3 crédits ECTS)Description : À la fois fondamental (comprendre ce qu’est un projet) et méthodologique cet enseignement doit permettre de comprendre les étapes nécessaires à la mise en place d’un projet pédagogique ; collecte des informations, constructions de projets, recherche de partenariats, de financements. Des professionnels, enseignants, interviendront et feront part de leur expérience.
      • Méthodologie de la géographieDescription : Une UE méthodologique incontournable pour les étudiants du Parcours « Géographie et Enseignement » puisqu’elle est centrée sur la préparation aux concours de l’enseignement (PE, CAPES) et l’acquisition des méthodes qui sont spécifiques à la discipline : dissertation, commentaire de documents géographiques, méthodologie du croquis. Des enseignements fortement conseillés également aux étudiants historiens qui poursuivront leurs études avec un Master Enseignement.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • 1UE au choix parmi 2
      • Société, politique, religions (2 crédits ECTS)Description : Le cours sera une initiation à la recherche en histoire, plus particulièrement autour de la thématique « Société, politique et religions ». L’objectif sera de présenter quelques grandes questions historiographiques et épistémologiques ou bien encore de rendre compte de la recherche en cours en histoire sociale, politique et religieuse.
      • Cultures, savoirs et techniques (2 crédits ECTS)Description : Ce cours sera consacré à la présentation de recherches en cours, des sources et des méthodes sur lesquelles se fondent ces recherches et des sujets de master sur lesquels elles peuvent ouvrir.
    • Historiographie des programmes scolaires 1 (3 crédits ECTS)Description : Ce cours destiné aux étudiants préparant les concours de l’enseignement secondaire, leur permettra de connaitre les grands courants historiographiques et les grandes écoles historiques. Après une présentation générale de ces courants, des thèmes précis seront choisis par période en relation avec les programmes scolaires de l’enseignement secondaire.
  • Semestre 5 L Histoire - Métiers de l'administration
    • Droit public général (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours.
    • Droit privé : droit de la famille (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours.
    • Economie et gestion (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours.
    • 2UE au choix parmi 4
      • Histoire générale Antique (4 crédits ECTS)Description : « Les Grecs et le Proche-Orient »  Les Grecs anciens, tout comme leurs prédécesseurs du Néolithique, ont entretenu de multiples relations avec le Proche-Orient asiatique et égyptien. De la conquête perse à la conquête romaine, soit de 547 à 31 avant J.-C., ces relations ont souvent pris la forme de la guerre de conquête et de la colonisation, sans jamais exclure les échanges économiques et culturels, au sens le plus large de ce dernier mot. Selon les années, nous mettrons l’accent sur une partie de cette période, ou sur un aspect des contacts entre les civilisations concernées, comme la floraison des cités grecques aux époques hellénistique et romaine.
      • Histoire générale Médiévale (4 crédits ECTS)Description : "Économie et société au Moyen Age"Si aujourd'hui, dans les pays industrialisés, la population urbaine représente plus de 80% du total de la population, ce n'était pas le cas des sociétés anciennes. Au Moyen Âge, 98% de la population vit et travaille à la campagne. Le village constitue donc le cadre de la vie quotidienne de la majorité silencieuse des laboratores comme de l'aristocratie et à ce titre est un élément fondamental de compréhension de la société du Moyen Âge occidental. En effet, le village est à la fois un cadre économique et social essentiel car c’est au village que se nouent les rapports sociaux et que sont produites les denrées nécessaires à l’alimentation des hommes et des bêtes et à l'artisanat ou l'industrie urbaine, mais c'est aussi une structure religieuse vivante et un lieu de sociabilité. Le village est une structure qui détermine encore nos mentalités, structure idéalisée forgée sur un modèle formé au cours du Moyen Age, mais qui dans sa forme actuelle ne se fixe qu’au cours de l’époque moderne. Il faut donc aussi écrire l’histoire du village en l'étudiant sous tous ses aspects.
      • Histoire générale Moderne (4 crédits ECTS)Description : « Les protestants Européens et le monde »  Les protestants représentent aujourd’hui 800 millions d’individus répartis sur l’ensemble des continents. Tel n’a pas toujours été le cas et, au moment de l’émergence de la Réformation - il y a 500 ans - le protestantisme était une minorité religieuse avant tout européenne. Le cours propose donc de comprendre comment s’est diffusée cette religion à travers le monde. Seront ainsi abordées les origines européennes des Réformes protestantes, ainsi que ses ramifications à travers les exils volontaires et premières tentatives d’évangélisation. Les migrations forcées, les installations dans les pays du Refuge en Europe ou dans le Nouveau Monde occuperont aussi une place dans la réflexion, tout comme l’émergence, à partir du XVIIIe siècle, d’une conquête des mers par les puissances protestantes, accompagnant un élan missionnaire enfin structuré. La mondialisation de cette religion est alors enfin acquise au début du siècle suivant."
      • Histoire générale Contemporaine (4 crédits ECTS)Description : « Sciences et sociétés » : La place de l'homme dans la nature  Ce cours est conçu comme une introduction à l’histoire des sciences. Il évoque les grandes théories scientifiques (telle la théorie de l’évolution des espèces de Darwin) et leur diffusion par l’imprimé, par l’image, par les expositions et les musées, en portant une attention toute particulière à la manière dont les discours savants entrent en interaction avec les contextes politiques, sociaux, religieux. Le cours est centré sur la redéfinition de la place de l’homme dans la nature (géologie, anthropologie, théories de l’évolution) et sur son impact, en France et en Grande-Bretagne.
    • 1UE au choix parmi 4
      • Compétences de l'historien 1 (épigraphie) (3 crédits ECTS)Description : Le cours a pour but de faire découvrir aux étudiants les inscriptions latines gravées sous l’Empire romain. En effet, la civilisation romaine sous le Principat a connu un développement sans précédent de l’écriture publique et privée. Nous étudierons plus précisément les épitaphes, les titulatures impériales, les carrières municipales, sénatoriales et équestres. Les inscriptions latines nous permettent de connaitre la vie quotidienne des habitants de l’Empire, le pouvoir impérial et les rouages de l’administration municipale et impériale.
      • Compétences de l'historien 2 (paléographie) (3 crédits ECTS)Description : Dans les CM, les étudiants apprendront les principes de lecture des écritures médiévales et modernes, qu'ils mettront en pratique pour déchiffrer dans les TD des textes en français ancien.
      • Compétences de l'historien 3 (histoire contemporaine) (3 crédits ECTS)Description : La règle du jeu est simple. Tirez au hasard un individu dans les tables décennales de l’Etat civil du département de votre choix. Assurez-vous que celui-ci a vécu suffisamment longtemps pour que la partie soit intéressante. Puis à partir d’informations très réduites- la date et le lieu de son décès - tentez d’écrire l’histoire du siècle depuis le point de vue de ce personnage inconnu. La mission, si vous l'acceptez, est ardue mais l'objectif est clair : donner un point de vue original, au ras du sol, sur l’histoire du XIXe siècle dans ses dimensions sociale, économique, scolaire, religieuse, politique, militaire, culturelle...
      • Langue, littérature et civilisation latines 1 (débutant) (3 crédits ECTS)
    • 2UE au choix parmi 5
      • Histoire antique (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Chrétiens et païens »A partir d’une approche d’histoire sociale et d’histoire des mentalités, ce cours se propose de donner un aperçu de la naissance du christianisme, puis de son affirmation dans le cadre de l’Empire romain entre le début du Ier et la fin du IVe siècle. On examinera ainsi la physionomie des premières communautés chrétiennes dans leurs interactions avec l’environnement politique, social et religieux de la cité gréco-romaine, puis l’évolution de leurs relations, d’abord conflictuelles, puis privilégiées, avec le pouvoir impérial romain
      • Histoire médiévale (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Archéologie médiévale »  Le cours est une initiation à l'archéologie médiévale. Outre l'historiographie et la naissance de l'archéologie médiévale en France, un panorama général des grandes thématiques abordées par cette discipline depuis son éclosion dans les années 1970 sera effectué : archéologie funéraire, rurale, urbaine, et religieuse... L'accent sera particulièrement mis sur le haut Moyen Âge en fin de semestre.
      • Histoire moderne (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : HISTOIRE MODERNE (APPROFONDISSEMENT)« La France en Révolution, 1789-1799 »En 10 ans, les Français mettent fin à la monarchie absolue puis à sa forme parlementaire, avant d’expérimenter trois régimes républicains (la Convention, 1792-1795, le Directoire, 1795-1799 et le Consulat, 1799-1804), tout en transformant en profondeur les lois civiles, les conditions de la vie religieuse, l’administration du territoire, mais aussi la place de la France en Europe. Cette période a donné lieu à des positionnements historiographiques, que nous présenterons en ouverture, largement liés à des identités politiques, opposant les partisans de la Révolution aux historiens contre-révolutionnaires. Il convient ensuite de revenir sur le lien entre la Révolution et l’Ancien Régime où elle a pris racine. Nous pourrons alors suivre le fil de la Révolution, à travers une série de chapitres chronologiques : révolution de 1789, monarchie constitutionnelle, Convention et Terreur, puis le Directoire et le Consulat, en tentant de restituer à chaque fois la place de l’événement dans une évolution complexe au sein de laquelle les acteurs peinent le plus souvent à trouver un sens immédiat ou une orientation intelligible. Nous insisterons sur la place croissante de la guerre à partir de 1792, ainsi que l’impact immense de la guerre civile en Vendée et dans l’Ouest. A partir de 1794-1795, la politique intérieure tend à être neutralisée par les gouvernants – plus encore à partir de 1799 –, ceux-ci accroissant le pouvoir des élites sociales en place tout en soutenant l’effort de guerre. Nous aborderons le bilan social de cette dizaine d’années de transformations.
      • Histoire contemporaine (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire culturelle de l’Europe XXe s. »A partir des années 1880, les développements technologiques directs (amélioration des procédés photographiques, apparition du phonographe et du cinématographe) ou indirects (amélioration des procédés d’impression, développement des moyens de diffusion) permettent une forme de démocratisation de l’accès à la culture, facilité également par les progrès de l’alphabétisation en Europe et renforcent les logiques de marchandisation de la culture. En dépit de l’essor des nationalismes, les échanges culturels via la littérature, le théâtre, l’opéra, les ballets, le cinéma, la peinture, les arts décoratifs, le sport etc. sont constants et la domination franco-britannique est de moins en mois prégnante tout au long de cette période, subissant une concurrence européenne puis étasunienne. Par ailleurs, cette époque coïncide également avec l’essor d’une culture populaire de plus en plus globalisée qui résiste à l’élitisme et impose de plus en plus ses normes dans tous les domaines. Cependant, la question de la modernité culturelle, déjà amplement débattue dans les dernières décennies du XIXe siècle et à la Belle Époque, devient tout à fait centrale dans l’entre-deux-guerres. En effet, de nouveaux mouvements politiques comme le communisme, le fascisme et le nazisme, s’ils donnent à la culture une place tout à fait centrale dans leurs idéologies rejettent cette culture moderne et globalisée, considérée soit comme un instrument de la domination capitaliste, soit comme l’illustration de la dégénération culturelle européenne.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • 1UE au choix parmi 2
      • Société, politique, religions (2 crédits ECTS)Description : Le cours sera une initiation à la recherche en histoire, plus particulièrement autour de la thématique « Société, politique et religions ». L’objectif sera de présenter quelques grandes questions historiographiques et épistémologiques ou bien encore de rendre compte de la recherche en cours en histoire sociale, politique et religieuse.
      • Cultures, savoirs et techniques (2 crédits ECTS)Description : Ce cours sera consacré à la présentation de recherches en cours, des sources et des méthodes sur lesquelles se fondent ces recherches et des sujets de master sur lesquels elles peuvent ouvrir.
  • Semestre 5 L Histoire - Métiers du patrimoine
    • 2UE au choix parmi 4
      • Histoire générale Antique (4 crédits ECTS)Description : « Les Grecs et le Proche-Orient »  Les Grecs anciens, tout comme leurs prédécesseurs du Néolithique, ont entretenu de multiples relations avec le Proche-Orient asiatique et égyptien. De la conquête perse à la conquête romaine, soit de 547 à 31 avant J.-C., ces relations ont souvent pris la forme de la guerre de conquête et de la colonisation, sans jamais exclure les échanges économiques et culturels, au sens le plus large de ce dernier mot. Selon les années, nous mettrons l’accent sur une partie de cette période, ou sur un aspect des contacts entre les civilisations concernées, comme la floraison des cités grecques aux époques hellénistique et romaine.
      • Histoire générale Médiévale (4 crédits ECTS)Description : "Économie et société au Moyen Age"Si aujourd'hui, dans les pays industrialisés, la population urbaine représente plus de 80% du total de la population, ce n'était pas le cas des sociétés anciennes. Au Moyen Âge, 98% de la population vit et travaille à la campagne. Le village constitue donc le cadre de la vie quotidienne de la majorité silencieuse des laboratores comme de l'aristocratie et à ce titre est un élément fondamental de compréhension de la société du Moyen Âge occidental. En effet, le village est à la fois un cadre économique et social essentiel car c’est au village que se nouent les rapports sociaux et que sont produites les denrées nécessaires à l’alimentation des hommes et des bêtes et à l'artisanat ou l'industrie urbaine, mais c'est aussi une structure religieuse vivante et un lieu de sociabilité. Le village est une structure qui détermine encore nos mentalités, structure idéalisée forgée sur un modèle formé au cours du Moyen Age, mais qui dans sa forme actuelle ne se fixe qu’au cours de l’époque moderne. Il faut donc aussi écrire l’histoire du village en l'étudiant sous tous ses aspects.
      • Histoire générale Moderne (4 crédits ECTS)Description : « Les protestants Européens et le monde »  Les protestants représentent aujourd’hui 800 millions d’individus répartis sur l’ensemble des continents. Tel n’a pas toujours été le cas et, au moment de l’émergence de la Réformation - il y a 500 ans - le protestantisme était une minorité religieuse avant tout européenne. Le cours propose donc de comprendre comment s’est diffusée cette religion à travers le monde. Seront ainsi abordées les origines européennes des Réformes protestantes, ainsi que ses ramifications à travers les exils volontaires et premières tentatives d’évangélisation. Les migrations forcées, les installations dans les pays du Refuge en Europe ou dans le Nouveau Monde occuperont aussi une place dans la réflexion, tout comme l’émergence, à partir du XVIIIe siècle, d’une conquête des mers par les puissances protestantes, accompagnant un élan missionnaire enfin structuré. La mondialisation de cette religion est alors enfin acquise au début du siècle suivant."
      • Histoire générale Contemporaine (4 crédits ECTS)Description : « Sciences et sociétés » : La place de l'homme dans la nature  Ce cours est conçu comme une introduction à l’histoire des sciences. Il évoque les grandes théories scientifiques (telle la théorie de l’évolution des espèces de Darwin) et leur diffusion par l’imprimé, par l’image, par les expositions et les musées, en portant une attention toute particulière à la manière dont les discours savants entrent en interaction avec les contextes politiques, sociaux, religieux. Le cours est centré sur la redéfinition de la place de l’homme dans la nature (géologie, anthropologie, théories de l’évolution) et sur son impact, en France et en Grande-Bretagne.
    • 1UE au choix parmi 4
      • Compétences de l'historien 1 (épigraphie) (3 crédits ECTS)Description : Le cours a pour but de faire découvrir aux étudiants les inscriptions latines gravées sous l’Empire romain. En effet, la civilisation romaine sous le Principat a connu un développement sans précédent de l’écriture publique et privée. Nous étudierons plus précisément les épitaphes, les titulatures impériales, les carrières municipales, sénatoriales et équestres. Les inscriptions latines nous permettent de connaitre la vie quotidienne des habitants de l’Empire, le pouvoir impérial et les rouages de l’administration municipale et impériale.
      • Compétences de l'historien 2 (paléographie) (3 crédits ECTS)Description : Dans les CM, les étudiants apprendront les principes de lecture des écritures médiévales et modernes, qu'ils mettront en pratique pour déchiffrer dans les TD des textes en français ancien.
      • Compétences de l'historien 3 (histoire contemporaine) (3 crédits ECTS)Description : La règle du jeu est simple. Tirez au hasard un individu dans les tables décennales de l’Etat civil du département de votre choix. Assurez-vous que celui-ci a vécu suffisamment longtemps pour que la partie soit intéressante. Puis à partir d’informations très réduites- la date et le lieu de son décès - tentez d’écrire l’histoire du siècle depuis le point de vue de ce personnage inconnu. La mission, si vous l'acceptez, est ardue mais l'objectif est clair : donner un point de vue original, au ras du sol, sur l’histoire du XIXe siècle dans ses dimensions sociale, économique, scolaire, religieuse, politique, militaire, culturelle...
      • Langue, littérature et civilisation latines 1 (débutant) (3 crédits ECTS)
    • 2UE au choix parmi 5
      • Histoire antique (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Chrétiens et païens »A partir d’une approche d’histoire sociale et d’histoire des mentalités, ce cours se propose de donner un aperçu de la naissance du christianisme, puis de son affirmation dans le cadre de l’Empire romain entre le début du Ier et la fin du IVe siècle. On examinera ainsi la physionomie des premières communautés chrétiennes dans leurs interactions avec l’environnement politique, social et religieux de la cité gréco-romaine, puis l’évolution de leurs relations, d’abord conflictuelles, puis privilégiées, avec le pouvoir impérial romain
      • Histoire médiévale (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Archéologie médiévale »  Le cours est une initiation à l'archéologie médiévale. Outre l'historiographie et la naissance de l'archéologie médiévale en France, un panorama général des grandes thématiques abordées par cette discipline depuis son éclosion dans les années 1970 sera effectué : archéologie funéraire, rurale, urbaine, et religieuse... L'accent sera particulièrement mis sur le haut Moyen Âge en fin de semestre.
      • Histoire moderne (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : HISTOIRE MODERNE (APPROFONDISSEMENT)« La France en Révolution, 1789-1799 »En 10 ans, les Français mettent fin à la monarchie absolue puis à sa forme parlementaire, avant d’expérimenter trois régimes républicains (la Convention, 1792-1795, le Directoire, 1795-1799 et le Consulat, 1799-1804), tout en transformant en profondeur les lois civiles, les conditions de la vie religieuse, l’administration du territoire, mais aussi la place de la France en Europe. Cette période a donné lieu à des positionnements historiographiques, que nous présenterons en ouverture, largement liés à des identités politiques, opposant les partisans de la Révolution aux historiens contre-révolutionnaires. Il convient ensuite de revenir sur le lien entre la Révolution et l’Ancien Régime où elle a pris racine. Nous pourrons alors suivre le fil de la Révolution, à travers une série de chapitres chronologiques : révolution de 1789, monarchie constitutionnelle, Convention et Terreur, puis le Directoire et le Consulat, en tentant de restituer à chaque fois la place de l’événement dans une évolution complexe au sein de laquelle les acteurs peinent le plus souvent à trouver un sens immédiat ou une orientation intelligible. Nous insisterons sur la place croissante de la guerre à partir de 1792, ainsi que l’impact immense de la guerre civile en Vendée et dans l’Ouest. A partir de 1794-1795, la politique intérieure tend à être neutralisée par les gouvernants – plus encore à partir de 1799 –, ceux-ci accroissant le pouvoir des élites sociales en place tout en soutenant l’effort de guerre. Nous aborderons le bilan social de cette dizaine d’années de transformations.
      • Histoire contemporaine (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire culturelle de l’Europe XXe s. »A partir des années 1880, les développements technologiques directs (amélioration des procédés photographiques, apparition du phonographe et du cinématographe) ou indirects (amélioration des procédés d’impression, développement des moyens de diffusion) permettent une forme de démocratisation de l’accès à la culture, facilité également par les progrès de l’alphabétisation en Europe et renforcent les logiques de marchandisation de la culture. En dépit de l’essor des nationalismes, les échanges culturels via la littérature, le théâtre, l’opéra, les ballets, le cinéma, la peinture, les arts décoratifs, le sport etc. sont constants et la domination franco-britannique est de moins en mois prégnante tout au long de cette période, subissant une concurrence européenne puis étasunienne. Par ailleurs, cette époque coïncide également avec l’essor d’une culture populaire de plus en plus globalisée qui résiste à l’élitisme et impose de plus en plus ses normes dans tous les domaines. Cependant, la question de la modernité culturelle, déjà amplement débattue dans les dernières décennies du XIXe siècle et à la Belle Époque, devient tout à fait centrale dans l’entre-deux-guerres. En effet, de nouveaux mouvements politiques comme le communisme, le fascisme et le nazisme, s’ils donnent à la culture une place tout à fait centrale dans leurs idéologies rejettent cette culture moderne et globalisée, considérée soit comme un instrument de la domination capitaliste, soit comme l’illustration de la dégénération culturelle européenne.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • 1UE au choix parmi 2
      • Société, politique, religions (2 crédits ECTS)Description : Le cours sera une initiation à la recherche en histoire, plus particulièrement autour de la thématique « Société, politique et religions ». L’objectif sera de présenter quelques grandes questions historiographiques et épistémologiques ou bien encore de rendre compte de la recherche en cours en histoire sociale, politique et religieuse.
      • Cultures, savoirs et techniques (2 crédits ECTS)Description : Ce cours sera consacré à la présentation de recherches en cours, des sources et des méthodes sur lesquelles se fondent ces recherches et des sujets de master sur lesquels elles peuvent ouvrir.
    • Patrimoine 1 (antique) (3 crédits ECTS)Description : « Rome et les villes d’occident »  L’urbanisation est un des phénomènes les plus caractéristiques de la domination romaine en Occident, qui a laissé dans notre paysage moderne un riche patrimoine. Dans ce cours, il s’agira de mettre en lumière l’évolution des villes de l’Occident romain, depuis leur naissance, parfois avant la conquête romaine, jusqu’à leur épanouissement à la faveur de la paix romaine, en réfléchissant à la façon dont les édifices publics et privés peuvent révéler et accompagner les transformations sociales, culturelles et politiques des sociétés provinciales.
    • Patrimoine 2 (médiéval) (3 crédits ECTS)Description : Le cours a pour but de faire découvrir les sociétés du Moyen Âge au moyen de sources iconographiques, archéologiques et/ou artistiques (architecture, arts graphiques, sculptures…). L’accent sera portée sur le Moyen Âge central et la fin du Moyen Âge, dans toute sa diversité, des prémisses gothiques au XIIe siècle jusqu’à la Renaissance au XVIe siècle. On s’intéressera à la fois aux productions et à leurs évolutions stylistiques mais aussi aux conditions économiques, mentales, religieuses, économiques et culturelles qui les ont rendues possibles et motivent la création.
    • Patrimoine 3 (moderne) (3 crédits ECTS)Description : « De l’espace vécu au patrimoine (France, des années 1500 à 1800) »  Le cours va aborder les grands traits des espaces vécus, sans souci de conservation ou de mise en valeur, et qui sont devenus depuis en grande partie un « patrimoine » : l’espace urbain, l’espace sacré, le château, l’espace rural. L’étude sera concentrée sur les bâtiments, leurs appropriations et leurs évolutions. Un temps sera consacré à la royalisation du territoire, aux XVIIe et XVIIIe siècles. Un dernier chapitre abordera la question de la conservation de ce patrimoine, avec la naissance des musées dans le courant du 18e siècle, et leur consolidation sous la Révolution.Les séances de TD proposeront des exercices : monographies de « monuments », exploration de documents, propositions de programme de médiation, de contenus de visite, examens critiques de programmes de musées, et dans la mesure du possible, d’une ou deux sorties.
  • Semestre 6 L Histoire - Métiers de l'enseignement 1er degré
    • Le Français et les langues à l'école (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours.
    • Sciences et technologie (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours.
    • Littérature pour la jeunesse (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours.
    • 2 UE au choix parmi 4
      • Histoire Antique (5 crédits ECTS)Description : « Rome de la République au Principat : Rome, l’Italie et l’Occident »  Les modalités d’organisation et de gestion expérimentées par Rome lors de la conquête de l’Italie ont servi de modèle lors de la mise en place du système impérial à partir d’Auguste. Que ce soit en Italie ou dans les provinces d’Occident, elles ont généralement abouti à la naissance d’un système socio-économique où l’intégration des élites joue un rôle essentiel. La romanisation est le concept clé d’un modèle dont il faudra suivre l’évolution depuis l’Italie jusqu’aux provinces de l’Occident romain, y compris celles d’Afrique, entre le IIIe s. av. J.-C et le début du IIIe s. ap. J.-C . Au milieu du IIIe s. ap.J.-C. le premier essor du christianisme africain ouvre des perspectives sur l’évolution de la nouvelle société du Bas-Empire.
      • Histoire générale Médiévale (5 crédits ECTS)Description : « Culture, Eglise et Société, XIIIe-XVe Siècle »L’Eglise est une institution englobante de la société médiévale, qui connait dans les derniers siècles du Moyen Age des évolutions et des bouleversements fondamentaux. Mais au-delà de l’histoire de l’institution ecclésiale, on s’intéressera à ses rapports avec les pouvoirs en place, à son influence dans et sur la société médiévale, et son rôle culturel, dans ses dimensions intellectuelles, éducatives et artistiques.
      • Histoire générale Moderne (5 crédits ECTS)Description : « Affirmation de l’État en Europe, XVIe-XVIIe »Ce cours reviendra à la lumière d’une historiographie profondément renouvelée sur les mutations de l’État entre les guerres d’Italie et le règne de Louis XIV. Les thématiques du contrôle social, de la fiscalité, de la propagande monarchique, des contestations, de la diplomatie ou de la société de cour, entre autres, serviront à souligner la profonde altérité des structures étatiques de la modernité. Ne disposant ni d’une administration ni d’une culture bureaucratique qui puissent se comparer aux États contemporains, les États de la Renaissance et de l’âge classique – majoritairement des monarchies héréditaires – doivent composer avec les pouvoirs locaux et s’appuyer sur de nombreux agents informels. A travers cette perspective, c’est aussi le pouvoir qu’on souhaite aborder à front renversé, d’une approche centrée sur le gouvernement central et les mécanismes de prise de décision à l’étude locale de l’autorité et de ses incarnations. Le cours cherchera ainsi à distinguer ce qui relève de la construction idéologique et ce qui tient de la pratique concrète du pouvoir dans le grand récit de l’absolutisme qui nourrit encore largement nos perceptions de l’État moderne.
      • Histoire générale Contemporaine (5 crédits ECTS)Description : « Religions, politique et géopolitique »  Les relations internationales sont le plus souvent analysées sous l’angle du rapport dominants/dominés, au sein duquel les instruments de la puissance sont arbitrairement définis par les performances économiques et les outils militaires. Cette approche néglige d’autres facteurs expliquant les raisons pour lesquelles des êtres humains peuvent se mobiliser pour donner leur vie ou prendre celle de leurs semblables. Les années 1970-2010 ont, précisément, été marquées par une confessionnalisation des enjeux politiques : le recours à la référence religieuse traverse la lutte contre les régimes communistes en Europe, les conflits du Proche et du Moyen-Orient, comme la construction chaotique des Etats d’Afrique subsaharienne. C’est à l’examen de cette clef de lecture, qui en est une parmi d’autres, que sera consacré notre enseignement semestriel.
    • 2 UE au choix parmi 5
      • Histoire antique (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : Du point de vue strictement quantitatif, l’époque hellénistique (323-31 av.J.-C) voit l’essor de la polis grecque, car aux cités déjà existantes s’ajoutent les fondations d’Alexandre le Grand, de ses successeurs immédiats et des rois hellénistiques. On assiste également au phénomène de regroupement fédéral des cités au sein de koina. En va-t-il de même du point de vue qualitatif ? Car, si pour certaines cités il est permis de parler de déclin, il y en a d’autres, pour lesquelles les sources semblent indiquer le contraire. Le cours se propose d’étudier : 1) l’héritage de l’époque classique au niveau de l’organisation civique, des institutions et de la vie religieuse ; 2) les relations complexes des cités avec les monarchies hellénistiques ; 3) les conséquences qu’eut sur les cités de la Grèce propre et d’Asie Mineure l’instauration de l’hégémonie romaine ; 4) les bienfaiteurs (évergètes) des cités grecques hellénistiques.
      • Histoire médiévale (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire du Maine au Moyen Age »  Ce cours permettra aux étudiants d’apprécier les évolutions concernant la totalité de l’Occident médiéval à travers le prisme de l’étude de cas, à l’échelle locale.
      • Histoire moderne (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « L’invention de la « croissance », XVIe – XVIIIe » La « croissance » est une idéologie majeure de notre époque. Ce cours propose de revenir aux origines de cette croissance. Pendant trois siècles, la population européenne a presque doublé, sans néanmoins effacer le grand dénuement d’une partie de la population. Dans les faits, les échanges accélèrent fortement à partir du XVIe siècle, sous l’effet d’une première mondialisation, entraînant certains secteurs de la production. Progressivement, l’économie devient une priorité sociale : les marchands accroissent leur pouvoir social, anoblissent leurs pratiques professionnelles, les pouvoirs politiques mobilisent les sociétés au profit des objectifs économiques, et les rapports de production tendent à remodeler – de manière incomplète – l’ancienne hiérarchie fondée sur d’autres références. Le cours aborde donc les caractéristiques de cette croissance marchande (échanges lointains, mais aussi les circuits courts), fondée sur une forme de culture de consommation plus ou moins affirmée. Il envisage ensuite la manière dont la production parvient à répondre au défi de la demande : changement technique, réorganisation du travail (remise en cause des corporations, des rythmes, du temps de loisir au XVIIIe siècle, et tendance à la baisse des salaires), émergence de nouvelles régions(les Provinces-Unies puis l’Angleterre), impact écologique également (mobilisation des énergies fossiles). Il aborde enfin mobilisation des pouvoirs politiques (le mercantilisme) ainsi que la définition progressive d’une discipline économique prônant l’efficacité par la liberté (le libéralisme), sans oublier les résistances que cette idéologie provoquent.
      • Histoire contemporaine (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire de l’Asie orientale – Japon, Corée, Chine (XIXe s-1953). De la première guerre de l’opium aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. »  Frappée par une crise structurelle d’ampleur au début du XIXe siècle, l’Asie orientale est par ailleurs rattrapée par les ambitions économiques et territoriales des Européens qui, associés aux États-Unis, puissance émergente dans la Pacifique, imposent à la Chine, puis au Japon des traités commerciaux inégaux (1842-1854) et grignotent, en particulier en Chine des portions de territoire (Hong-Kong, Shanghai…). Si le Japon en entrant à « l’école de l’Occident » parvient à se relever et à s’affirmer au début du XXe siècle, l’Empire chinois, miné de l’intérieur (Guerre des Taiping), lui, s’effondre lentement et la République qui le remplace s’avère tout aussi incapable de relever les défis de la modernité et se déchire entre seigneurs de guerres, nationalistes du Guomindang et communistes. Victime dans un premier temps des appétits de l’Occident, l’Asie orientale devient peu à peu la cible de l’impérialisme nippon et la Seconde Guerre mondiale qui y est également particulièrement meurtrière y débute au moins deux ans avant la guerre en Europe.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • Stage (3 crédits ECTS)
  • Semestre 6 L Histoire - Métiers de l'enseignement 2nd degré
    • 2 UE au choix parmi 4
      • Histoire Antique (5 crédits ECTS)Description : « Rome de la République au Principat : Rome, l’Italie et l’Occident »  Les modalités d’organisation et de gestion expérimentées par Rome lors de la conquête de l’Italie ont servi de modèle lors de la mise en place du système impérial à partir d’Auguste. Que ce soit en Italie ou dans les provinces d’Occident, elles ont généralement abouti à la naissance d’un système socio-économique où l’intégration des élites joue un rôle essentiel. La romanisation est le concept clé d’un modèle dont il faudra suivre l’évolution depuis l’Italie jusqu’aux provinces de l’Occident romain, y compris celles d’Afrique, entre le IIIe s. av. J.-C et le début du IIIe s. ap. J.-C . Au milieu du IIIe s. ap.J.-C. le premier essor du christianisme africain ouvre des perspectives sur l’évolution de la nouvelle société du Bas-Empire.
      • Histoire générale Médiévale (5 crédits ECTS)Description : « Culture, Eglise et Société, XIIIe-XVe Siècle »L’Eglise est une institution englobante de la société médiévale, qui connait dans les derniers siècles du Moyen Age des évolutions et des bouleversements fondamentaux. Mais au-delà de l’histoire de l’institution ecclésiale, on s’intéressera à ses rapports avec les pouvoirs en place, à son influence dans et sur la société médiévale, et son rôle culturel, dans ses dimensions intellectuelles, éducatives et artistiques.
      • Histoire générale Moderne (5 crédits ECTS)Description : « Affirmation de l’État en Europe, XVIe-XVIIe »Ce cours reviendra à la lumière d’une historiographie profondément renouvelée sur les mutations de l’État entre les guerres d’Italie et le règne de Louis XIV. Les thématiques du contrôle social, de la fiscalité, de la propagande monarchique, des contestations, de la diplomatie ou de la société de cour, entre autres, serviront à souligner la profonde altérité des structures étatiques de la modernité. Ne disposant ni d’une administration ni d’une culture bureaucratique qui puissent se comparer aux États contemporains, les États de la Renaissance et de l’âge classique – majoritairement des monarchies héréditaires – doivent composer avec les pouvoirs locaux et s’appuyer sur de nombreux agents informels. A travers cette perspective, c’est aussi le pouvoir qu’on souhaite aborder à front renversé, d’une approche centrée sur le gouvernement central et les mécanismes de prise de décision à l’étude locale de l’autorité et de ses incarnations. Le cours cherchera ainsi à distinguer ce qui relève de la construction idéologique et ce qui tient de la pratique concrète du pouvoir dans le grand récit de l’absolutisme qui nourrit encore largement nos perceptions de l’État moderne.
      • Histoire générale Contemporaine (5 crédits ECTS)Description : « Religions, politique et géopolitique »  Les relations internationales sont le plus souvent analysées sous l’angle du rapport dominants/dominés, au sein duquel les instruments de la puissance sont arbitrairement définis par les performances économiques et les outils militaires. Cette approche néglige d’autres facteurs expliquant les raisons pour lesquelles des êtres humains peuvent se mobiliser pour donner leur vie ou prendre celle de leurs semblables. Les années 1970-2010 ont, précisément, été marquées par une confessionnalisation des enjeux politiques : le recours à la référence religieuse traverse la lutte contre les régimes communistes en Europe, les conflits du Proche et du Moyen-Orient, comme la construction chaotique des Etats d’Afrique subsaharienne. C’est à l’examen de cette clef de lecture, qui en est une parmi d’autres, que sera consacré notre enseignement semestriel.
    • 2 UE au choix parmi 5
      • Histoire antique (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : Du point de vue strictement quantitatif, l’époque hellénistique (323-31 av.J.-C) voit l’essor de la polis grecque, car aux cités déjà existantes s’ajoutent les fondations d’Alexandre le Grand, de ses successeurs immédiats et des rois hellénistiques. On assiste également au phénomène de regroupement fédéral des cités au sein de koina. En va-t-il de même du point de vue qualitatif ? Car, si pour certaines cités il est permis de parler de déclin, il y en a d’autres, pour lesquelles les sources semblent indiquer le contraire. Le cours se propose d’étudier : 1) l’héritage de l’époque classique au niveau de l’organisation civique, des institutions et de la vie religieuse ; 2) les relations complexes des cités avec les monarchies hellénistiques ; 3) les conséquences qu’eut sur les cités de la Grèce propre et d’Asie Mineure l’instauration de l’hégémonie romaine ; 4) les bienfaiteurs (évergètes) des cités grecques hellénistiques.
      • Histoire médiévale (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire du Maine au Moyen Age »  Ce cours permettra aux étudiants d’apprécier les évolutions concernant la totalité de l’Occident médiéval à travers le prisme de l’étude de cas, à l’échelle locale.
      • Histoire moderne (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « L’invention de la « croissance », XVIe – XVIIIe » La « croissance » est une idéologie majeure de notre époque. Ce cours propose de revenir aux origines de cette croissance. Pendant trois siècles, la population européenne a presque doublé, sans néanmoins effacer le grand dénuement d’une partie de la population. Dans les faits, les échanges accélèrent fortement à partir du XVIe siècle, sous l’effet d’une première mondialisation, entraînant certains secteurs de la production. Progressivement, l’économie devient une priorité sociale : les marchands accroissent leur pouvoir social, anoblissent leurs pratiques professionnelles, les pouvoirs politiques mobilisent les sociétés au profit des objectifs économiques, et les rapports de production tendent à remodeler – de manière incomplète – l’ancienne hiérarchie fondée sur d’autres références. Le cours aborde donc les caractéristiques de cette croissance marchande (échanges lointains, mais aussi les circuits courts), fondée sur une forme de culture de consommation plus ou moins affirmée. Il envisage ensuite la manière dont la production parvient à répondre au défi de la demande : changement technique, réorganisation du travail (remise en cause des corporations, des rythmes, du temps de loisir au XVIIIe siècle, et tendance à la baisse des salaires), émergence de nouvelles régions(les Provinces-Unies puis l’Angleterre), impact écologique également (mobilisation des énergies fossiles). Il aborde enfin mobilisation des pouvoirs politiques (le mercantilisme) ainsi que la définition progressive d’une discipline économique prônant l’efficacité par la liberté (le libéralisme), sans oublier les résistances que cette idéologie provoquent.
      • Histoire contemporaine (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire de l’Asie orientale – Japon, Corée, Chine (XIXe s-1953). De la première guerre de l’opium aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. »  Frappée par une crise structurelle d’ampleur au début du XIXe siècle, l’Asie orientale est par ailleurs rattrapée par les ambitions économiques et territoriales des Européens qui, associés aux États-Unis, puissance émergente dans la Pacifique, imposent à la Chine, puis au Japon des traités commerciaux inégaux (1842-1854) et grignotent, en particulier en Chine des portions de territoire (Hong-Kong, Shanghai…). Si le Japon en entrant à « l’école de l’Occident » parvient à se relever et à s’affirmer au début du XXe siècle, l’Empire chinois, miné de l’intérieur (Guerre des Taiping), lui, s’effondre lentement et la République qui le remplace s’avère tout aussi incapable de relever les défis de la modernité et se déchire entre seigneurs de guerres, nationalistes du Guomindang et communistes. Victime dans un premier temps des appétits de l’Occident, l’Asie orientale devient peu à peu la cible de l’impérialisme nippon et la Seconde Guerre mondiale qui y est également particulièrement meurtrière y débute au moins deux ans avant la guerre en Europe.
    • 2 UE au choix parmi 3
      • Les Suds (3 crédits ECTS)Description : Approche transversale des Suds, signification et complexité du développement, la montée en puissance des pays émergents, cas des BASIC (Brésil, Afrique du Sud, Inde, Chine), approche régionale des problèmes de développement (Asie du Sud, Amérique du Sud, Afrique).
      • Consommation, loisirs et tourisme (3 crédits ECTS)Description : Consommer du loisirs, des offres touristiques et « avoir le loisir » (ou non) de consommer sont des actions qui approchent et questionnent le territoire dans ses dimensions politiques (gestion des aménagements et équipements récréatifs, conception d’espaces publics, jeu d’acteurs autour des enjeux de localisation des multiplexes par exemple), économiques (formes d’adaptation de l’offre à la demande ludique et touristique, les déclinaisons de « l’entertainment ») et sociales (le loisir et le tourisme comme révélateurs sociaux : appropriation, ségrégation, socialisation, contestation, mobilité, etc.).
      • Education au développement durable (3 crédits ECTS)Description : Cet enseignement propose une introduction de l’éducation au développement durable, en revenant sur l’histoire du concept et sur les enjeux qui expliquent son émergence, tout en faisant référence aux programmes d’enseignement et aux attentes institutionnelles. Il vise à préciser les apports du développement durable dans l’enseignement, ainsi que les difficultés pratiques à dépasser pour faire de ce thème un véritable outil, transversal à toutes les disciplines. Des exemples pratiques, à l’échelle nationale et internationale, seront analysés et devront permettre de comprendre le jeu des acteurs.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • Historiographie des programmes scolaires 2 (3 crédits ECTS)Description : « L’épreuve de commentaire de documents au CAPES »  Depuis 2014, le CAPES comprend une nouvelle épreuve d’écrit. Cette dernière se présente comme un commentaire de documents et se décompose en deux temps bien spécifiques : un théorique commentaire composé des documents proposés, puis une exploitation adaptée du dossier de documents dans le cadre d’un cours du secondaire, en relation avec les programmes scolaires.Ce cours fait donc suite au cours d’historiographie des programmes scolaires au S5. Il se propose de découvrir les attendus de cette nouvelle épreuve en deux temps ; une progression pas à pas dans la méthodologie de l’exercice tout d’abord (8h), puis une série d’exercices dans les quatre périodes historiques (16h).
    • Stage (3 crédits ECTS)
  • Semestre 6 L Histoire - Métiers de l'administration
    • Note de synthèse (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours.
    • Finances publiques (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours.
    • Economie et gestion (3 crédits ECTS)Description : Le programme et la bibliographie seront communiqués lors du premier cours.
    • 2 UE au choix parmi 4
      • Histoire Antique (5 crédits ECTS)Description : « Rome de la République au Principat : Rome, l’Italie et l’Occident »  Les modalités d’organisation et de gestion expérimentées par Rome lors de la conquête de l’Italie ont servi de modèle lors de la mise en place du système impérial à partir d’Auguste. Que ce soit en Italie ou dans les provinces d’Occident, elles ont généralement abouti à la naissance d’un système socio-économique où l’intégration des élites joue un rôle essentiel. La romanisation est le concept clé d’un modèle dont il faudra suivre l’évolution depuis l’Italie jusqu’aux provinces de l’Occident romain, y compris celles d’Afrique, entre le IIIe s. av. J.-C et le début du IIIe s. ap. J.-C . Au milieu du IIIe s. ap.J.-C. le premier essor du christianisme africain ouvre des perspectives sur l’évolution de la nouvelle société du Bas-Empire.
      • Histoire générale Médiévale (5 crédits ECTS)Description : « Culture, Eglise et Société, XIIIe-XVe Siècle »L’Eglise est une institution englobante de la société médiévale, qui connait dans les derniers siècles du Moyen Age des évolutions et des bouleversements fondamentaux. Mais au-delà de l’histoire de l’institution ecclésiale, on s’intéressera à ses rapports avec les pouvoirs en place, à son influence dans et sur la société médiévale, et son rôle culturel, dans ses dimensions intellectuelles, éducatives et artistiques.
      • Histoire générale Moderne (5 crédits ECTS)Description : « Affirmation de l’État en Europe, XVIe-XVIIe »Ce cours reviendra à la lumière d’une historiographie profondément renouvelée sur les mutations de l’État entre les guerres d’Italie et le règne de Louis XIV. Les thématiques du contrôle social, de la fiscalité, de la propagande monarchique, des contestations, de la diplomatie ou de la société de cour, entre autres, serviront à souligner la profonde altérité des structures étatiques de la modernité. Ne disposant ni d’une administration ni d’une culture bureaucratique qui puissent se comparer aux États contemporains, les États de la Renaissance et de l’âge classique – majoritairement des monarchies héréditaires – doivent composer avec les pouvoirs locaux et s’appuyer sur de nombreux agents informels. A travers cette perspective, c’est aussi le pouvoir qu’on souhaite aborder à front renversé, d’une approche centrée sur le gouvernement central et les mécanismes de prise de décision à l’étude locale de l’autorité et de ses incarnations. Le cours cherchera ainsi à distinguer ce qui relève de la construction idéologique et ce qui tient de la pratique concrète du pouvoir dans le grand récit de l’absolutisme qui nourrit encore largement nos perceptions de l’État moderne.
      • Histoire générale Contemporaine (5 crédits ECTS)Description : « Religions, politique et géopolitique »  Les relations internationales sont le plus souvent analysées sous l’angle du rapport dominants/dominés, au sein duquel les instruments de la puissance sont arbitrairement définis par les performances économiques et les outils militaires. Cette approche néglige d’autres facteurs expliquant les raisons pour lesquelles des êtres humains peuvent se mobiliser pour donner leur vie ou prendre celle de leurs semblables. Les années 1970-2010 ont, précisément, été marquées par une confessionnalisation des enjeux politiques : le recours à la référence religieuse traverse la lutte contre les régimes communistes en Europe, les conflits du Proche et du Moyen-Orient, comme la construction chaotique des Etats d’Afrique subsaharienne. C’est à l’examen de cette clef de lecture, qui en est une parmi d’autres, que sera consacré notre enseignement semestriel.
    • 2 UE au choix parmi 5
      • Histoire antique (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : Du point de vue strictement quantitatif, l’époque hellénistique (323-31 av.J.-C) voit l’essor de la polis grecque, car aux cités déjà existantes s’ajoutent les fondations d’Alexandre le Grand, de ses successeurs immédiats et des rois hellénistiques. On assiste également au phénomène de regroupement fédéral des cités au sein de koina. En va-t-il de même du point de vue qualitatif ? Car, si pour certaines cités il est permis de parler de déclin, il y en a d’autres, pour lesquelles les sources semblent indiquer le contraire. Le cours se propose d’étudier : 1) l’héritage de l’époque classique au niveau de l’organisation civique, des institutions et de la vie religieuse ; 2) les relations complexes des cités avec les monarchies hellénistiques ; 3) les conséquences qu’eut sur les cités de la Grèce propre et d’Asie Mineure l’instauration de l’hégémonie romaine ; 4) les bienfaiteurs (évergètes) des cités grecques hellénistiques.
      • Histoire médiévale (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire du Maine au Moyen Age »  Ce cours permettra aux étudiants d’apprécier les évolutions concernant la totalité de l’Occident médiéval à travers le prisme de l’étude de cas, à l’échelle locale.
      • Histoire moderne (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « L’invention de la « croissance », XVIe – XVIIIe » La « croissance » est une idéologie majeure de notre époque. Ce cours propose de revenir aux origines de cette croissance. Pendant trois siècles, la population européenne a presque doublé, sans néanmoins effacer le grand dénuement d’une partie de la population. Dans les faits, les échanges accélèrent fortement à partir du XVIe siècle, sous l’effet d’une première mondialisation, entraînant certains secteurs de la production. Progressivement, l’économie devient une priorité sociale : les marchands accroissent leur pouvoir social, anoblissent leurs pratiques professionnelles, les pouvoirs politiques mobilisent les sociétés au profit des objectifs économiques, et les rapports de production tendent à remodeler – de manière incomplète – l’ancienne hiérarchie fondée sur d’autres références. Le cours aborde donc les caractéristiques de cette croissance marchande (échanges lointains, mais aussi les circuits courts), fondée sur une forme de culture de consommation plus ou moins affirmée. Il envisage ensuite la manière dont la production parvient à répondre au défi de la demande : changement technique, réorganisation du travail (remise en cause des corporations, des rythmes, du temps de loisir au XVIIIe siècle, et tendance à la baisse des salaires), émergence de nouvelles régions(les Provinces-Unies puis l’Angleterre), impact écologique également (mobilisation des énergies fossiles). Il aborde enfin mobilisation des pouvoirs politiques (le mercantilisme) ainsi que la définition progressive d’une discipline économique prônant l’efficacité par la liberté (le libéralisme), sans oublier les résistances que cette idéologie provoquent.
      • Histoire contemporaine (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire de l’Asie orientale – Japon, Corée, Chine (XIXe s-1953). De la première guerre de l’opium aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. »  Frappée par une crise structurelle d’ampleur au début du XIXe siècle, l’Asie orientale est par ailleurs rattrapée par les ambitions économiques et territoriales des Européens qui, associés aux États-Unis, puissance émergente dans la Pacifique, imposent à la Chine, puis au Japon des traités commerciaux inégaux (1842-1854) et grignotent, en particulier en Chine des portions de territoire (Hong-Kong, Shanghai…). Si le Japon en entrant à « l’école de l’Occident » parvient à se relever et à s’affirmer au début du XXe siècle, l’Empire chinois, miné de l’intérieur (Guerre des Taiping), lui, s’effondre lentement et la République qui le remplace s’avère tout aussi incapable de relever les défis de la modernité et se déchire entre seigneurs de guerres, nationalistes du Guomindang et communistes. Victime dans un premier temps des appétits de l’Occident, l’Asie orientale devient peu à peu la cible de l’impérialisme nippon et la Seconde Guerre mondiale qui y est également particulièrement meurtrière y débute au moins deux ans avant la guerre en Europe.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • Stage (3 crédits ECTS)
  • Semestre 6 L Histoire - Métiers du patrimoine
    • 2 UE au choix parmi 4
      • Histoire Antique (5 crédits ECTS)Description : « Rome de la République au Principat : Rome, l’Italie et l’Occident »  Les modalités d’organisation et de gestion expérimentées par Rome lors de la conquête de l’Italie ont servi de modèle lors de la mise en place du système impérial à partir d’Auguste. Que ce soit en Italie ou dans les provinces d’Occident, elles ont généralement abouti à la naissance d’un système socio-économique où l’intégration des élites joue un rôle essentiel. La romanisation est le concept clé d’un modèle dont il faudra suivre l’évolution depuis l’Italie jusqu’aux provinces de l’Occident romain, y compris celles d’Afrique, entre le IIIe s. av. J.-C et le début du IIIe s. ap. J.-C . Au milieu du IIIe s. ap.J.-C. le premier essor du christianisme africain ouvre des perspectives sur l’évolution de la nouvelle société du Bas-Empire.
      • Histoire générale Médiévale (5 crédits ECTS)Description : « Culture, Eglise et Société, XIIIe-XVe Siècle »L’Eglise est une institution englobante de la société médiévale, qui connait dans les derniers siècles du Moyen Age des évolutions et des bouleversements fondamentaux. Mais au-delà de l’histoire de l’institution ecclésiale, on s’intéressera à ses rapports avec les pouvoirs en place, à son influence dans et sur la société médiévale, et son rôle culturel, dans ses dimensions intellectuelles, éducatives et artistiques.
      • Histoire générale Moderne (5 crédits ECTS)Description : « Affirmation de l’État en Europe, XVIe-XVIIe »Ce cours reviendra à la lumière d’une historiographie profondément renouvelée sur les mutations de l’État entre les guerres d’Italie et le règne de Louis XIV. Les thématiques du contrôle social, de la fiscalité, de la propagande monarchique, des contestations, de la diplomatie ou de la société de cour, entre autres, serviront à souligner la profonde altérité des structures étatiques de la modernité. Ne disposant ni d’une administration ni d’une culture bureaucratique qui puissent se comparer aux États contemporains, les États de la Renaissance et de l’âge classique – majoritairement des monarchies héréditaires – doivent composer avec les pouvoirs locaux et s’appuyer sur de nombreux agents informels. A travers cette perspective, c’est aussi le pouvoir qu’on souhaite aborder à front renversé, d’une approche centrée sur le gouvernement central et les mécanismes de prise de décision à l’étude locale de l’autorité et de ses incarnations. Le cours cherchera ainsi à distinguer ce qui relève de la construction idéologique et ce qui tient de la pratique concrète du pouvoir dans le grand récit de l’absolutisme qui nourrit encore largement nos perceptions de l’État moderne.
      • Histoire générale Contemporaine (5 crédits ECTS)Description : « Religions, politique et géopolitique »  Les relations internationales sont le plus souvent analysées sous l’angle du rapport dominants/dominés, au sein duquel les instruments de la puissance sont arbitrairement définis par les performances économiques et les outils militaires. Cette approche néglige d’autres facteurs expliquant les raisons pour lesquelles des êtres humains peuvent se mobiliser pour donner leur vie ou prendre celle de leurs semblables. Les années 1970-2010 ont, précisément, été marquées par une confessionnalisation des enjeux politiques : le recours à la référence religieuse traverse la lutte contre les régimes communistes en Europe, les conflits du Proche et du Moyen-Orient, comme la construction chaotique des Etats d’Afrique subsaharienne. C’est à l’examen de cette clef de lecture, qui en est une parmi d’autres, que sera consacré notre enseignement semestriel.
    • 2 UE au choix parmi 5
      • Histoire antique (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : Du point de vue strictement quantitatif, l’époque hellénistique (323-31 av.J.-C) voit l’essor de la polis grecque, car aux cités déjà existantes s’ajoutent les fondations d’Alexandre le Grand, de ses successeurs immédiats et des rois hellénistiques. On assiste également au phénomène de regroupement fédéral des cités au sein de koina. En va-t-il de même du point de vue qualitatif ? Car, si pour certaines cités il est permis de parler de déclin, il y en a d’autres, pour lesquelles les sources semblent indiquer le contraire. Le cours se propose d’étudier : 1) l’héritage de l’époque classique au niveau de l’organisation civique, des institutions et de la vie religieuse ; 2) les relations complexes des cités avec les monarchies hellénistiques ; 3) les conséquences qu’eut sur les cités de la Grèce propre et d’Asie Mineure l’instauration de l’hégémonie romaine ; 4) les bienfaiteurs (évergètes) des cités grecques hellénistiques.
      • Histoire médiévale (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire du Maine au Moyen Age »  Ce cours permettra aux étudiants d’apprécier les évolutions concernant la totalité de l’Occident médiéval à travers le prisme de l’étude de cas, à l’échelle locale.
      • Histoire moderne (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « L’invention de la « croissance », XVIe – XVIIIe » La « croissance » est une idéologie majeure de notre époque. Ce cours propose de revenir aux origines de cette croissance. Pendant trois siècles, la population européenne a presque doublé, sans néanmoins effacer le grand dénuement d’une partie de la population. Dans les faits, les échanges accélèrent fortement à partir du XVIe siècle, sous l’effet d’une première mondialisation, entraînant certains secteurs de la production. Progressivement, l’économie devient une priorité sociale : les marchands accroissent leur pouvoir social, anoblissent leurs pratiques professionnelles, les pouvoirs politiques mobilisent les sociétés au profit des objectifs économiques, et les rapports de production tendent à remodeler – de manière incomplète – l’ancienne hiérarchie fondée sur d’autres références. Le cours aborde donc les caractéristiques de cette croissance marchande (échanges lointains, mais aussi les circuits courts), fondée sur une forme de culture de consommation plus ou moins affirmée. Il envisage ensuite la manière dont la production parvient à répondre au défi de la demande : changement technique, réorganisation du travail (remise en cause des corporations, des rythmes, du temps de loisir au XVIIIe siècle, et tendance à la baisse des salaires), émergence de nouvelles régions(les Provinces-Unies puis l’Angleterre), impact écologique également (mobilisation des énergies fossiles). Il aborde enfin mobilisation des pouvoirs politiques (le mercantilisme) ainsi que la définition progressive d’une discipline économique prônant l’efficacité par la liberté (le libéralisme), sans oublier les résistances que cette idéologie provoquent.
      • Histoire contemporaine (approfondissement) (3 crédits ECTS)Description : « Histoire de l’Asie orientale – Japon, Corée, Chine (XIXe s-1953). De la première guerre de l’opium aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. »  Frappée par une crise structurelle d’ampleur au début du XIXe siècle, l’Asie orientale est par ailleurs rattrapée par les ambitions économiques et territoriales des Européens qui, associés aux États-Unis, puissance émergente dans la Pacifique, imposent à la Chine, puis au Japon des traités commerciaux inégaux (1842-1854) et grignotent, en particulier en Chine des portions de territoire (Hong-Kong, Shanghai…). Si le Japon en entrant à « l’école de l’Occident » parvient à se relever et à s’affirmer au début du XXe siècle, l’Empire chinois, miné de l’intérieur (Guerre des Taiping), lui, s’effondre lentement et la République qui le remplace s’avère tout aussi incapable de relever les défis de la modernité et se déchire entre seigneurs de guerres, nationalistes du Guomindang et communistes. Victime dans un premier temps des appétits de l’Occident, l’Asie orientale devient peu à peu la cible de l’impérialisme nippon et la Seconde Guerre mondiale qui y est également particulièrement meurtrière y débute au moins deux ans avant la guerre en Europe.
    • 1 LVE au choix parmi 3
      • Allemand (2 crédits ECTS)
      • anglais (2 crédits ECTS)
      • Espagnol (2 crédits ECTS)
    • Patrimoine 1 (antique) (3 crédits ECTS)Description : Né au début du XXe siècle, s’imposant comme genre cinématique à partir des années 1950, le peplum exprime davantage les préoccupations de l’époque contemporaine qu’il ne décrit la réalité historique antique. A partir de l’étude privilégiée des séquences de 3 films – Spartacus de Stanley Kubrick (1960), la chute de l’Empire Romain d’Anthony Mann (1964), Gladiator de Ridley Scott (2000) – qui seront confrontées à des sources documentaires antiques (textes anciens et archéologie), le cours traitera de l’histoire de Rome, depuis l’époque des guerres civiles (1er s.av.J.-C) jusqu’au règne de Commode (IIe s.ap. J.-C). A partir de ce support, il s’agira de déconstruire le discours cinématographique afin d’appréhender certains aspects du monde gréco-romain (politique, social, religieux), tout en ayant en perspective les vicissitudes de l’histoire contemporaine (guerre froide, décolonisation) dans lesquelles s’inscrit la réalisation de ces œuvres.
    • Patrimoine 2 (moderne) (3 crédits ECTS)Description : « La « vallée des rois » : patrimoine et vie culturelle en val de Loire du XVe siècle à nos jours »Ce cours se penchera sur la multiplication des résidences royales et châteaux aristocratiques dans le val de Loire à la Renaissance, leur déclin au XVIIe et XVIIIe siècles et leur progressive patrimonialisation au cours des XIXe et XXe siècles. À travers ce panorama, il s’agira de comprendre, dans la longue durée, la fabrication d’une identité territoriale spécifique, les effets induits sur l’économie et la vie culturelle locales et enfin, la façon dont aujourd’hui, le « marketing territorial » s’approprie ces héritages. Au fil des siècles, la succession des acteurs politiques, sociaux, économiques est ainsi analysée, permettant de mieux saisir les enjeux patrimoniaux, territoriaux et culturels d’un espace dont la « fabrique » se poursuit jusqu’à nos jours.
    • Patrimoine 3 (contemporain) (3 crédits ECTS)Description : « L’espace public comme espace de l’art d’avant-garde XXe-XXIe »  La rue, le centre d’art, le musée, le jardin municipal…nombreux sont les lieux publics accueillant temporairement ou non, officiellement ou non, des expressions artistiques avant-gardistes. Le présent cours revient sur un ensemble de cas apportant un éclairage sur les aspects techniques, juridiques, politiques et médiatiques de l’intervention artistique hors de l’atelier, de même que sur la vulnérabilité de cette intervention exposée aux incompréhensions voire aux rejets.
    • Stage (3 crédits ECTS)

Contrôle des connaissances

2018-2019

Règlementation Générale

Modalités Particulières des MCC

L1 Parcours commun

L1 Parcours Études Européennes

L2 Parcours Études Européennes

L2 Parcours Métiers de l'Enseignement

L2 Parcours  Métiers du Patrimoine

L3 Parcours Métiers de l'Enseignement 1er degré

L3 Parcours Métiers de l'Enseignement 2nd degré

L3 Parcours Métiers du Patrimoine

L3 Parcours Métiers de l'Administration

Aménagements particuliers

Nos étudiant.e.s peuvent étudier à l’étranger pendant un ou deux semestres dans nos universités partenaires :

Sheffield (Angleterre), Huelva, Léon, Complutense de Madrid, Saint-Jacques de Compostelle et Ciudad Real (Espagne), Paderborn et Rostock (Allemagne), Porto (Portugal), Nicosie (Chypre) Akron, Farmington et Fayetteville (États-Unis), l’Université du Québec à Chicoutimi (Canada).

Admission

Condition d'accès

Pour être inscrit.e dans les formations universitaires conduisant au diplôme de licence, vous devez justifier :

  • soit du baccalauréat
  • soit du diplôme d'accès aux études universitaires
  • soit d'un diplôme français ou étranger admis en dispense ou en équivalence du baccalauréat, en application de la réglementation nationale
  • soit d'une validation d’études, d’acquis ou d’expériences professionnelles

La procédure de recrutement en 1ère année de Licence se fait en ligne sur PARCOURSUP

Si vous êtes en reprise d’études, nous vous invitons à consulter au préalable la page dédiée

Si vous êtes étudiant étranger, nous vous invitons à consulter au préalable la page dédiée

Et après

Poursuite d'études

Dès la Licence 2, il est possible de s’orienter (sur dossier) vers l’une des deux Licences Professionnelles (bac +3) proposées par le département d’histoire de l’Université du Mans :

  • LP conservation et valorisation du patrimoine, parcours « conception et mise en œuvre de projets culturels »
  • LP conservation et valorisation du patrimoine, parcours « médiateur du patrimoine »

Après la licence 3, selon le parcours suivi, une poursuite d’études est possible dans nos Masters :

Master Histoire, Civilisations, Patrimoine :

  • 2 Parcours recherche au choix : Culture et savoirs ou Sociétés et religions
  • Parcours Patrimoine et développement local

Master MEEF – Enseignement dans le 1er degré

Master MEEF – Enseignement dans le 2nd degré en Histoire/géo

Insertion professionnelle

  • Fonction publique et territoriale : concours de l’enseignement (primaire et secondaire), concours administratifs
  • Métiers de l’édition, de la culture, du tourisme (fondations et patrimoines d’entreprise, associations, spectacles, musées)
  • Métiers du patrimoine, de la valorisation culturelle et patrimoniale
  • Métiers de l’information, de l’imprimé et de la communication
  • Services des ressources humaines ou de documentation des entreprises et de la formation
  • Métiers de la recherche, après une poursuite d'études en doctorat

Composante

Lieu(x) de la formation

  • Le Mans

Contact(s) administratif(s)

Département Histoire

Email : secHist-let @ univ-lemans.fr

Partagez : FacebookTwitterLinkedInMailImprimez